Retraite en Algérie : Voici le déficit de la CNR en 2021 (vidéo)

Algérie – Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, El Hachemi Djaâboub, a fait savoir, ce jeudi 08 avril, que le déficit de la Caisse nationale des Retraites (CNR) pourrait atteindre les 690 milliards de dinars en 2021.

- Advertisement -

En effet, intervenant devant les membres du Parlement Algérien, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, El Hachemi Djaâboub en l’occurrence, est revenu sur le sujet de la retraite en Algérie, plus précisément sur le déficit de la Caisse nationale des Retraites (CNR) observé durant les trois (03) dernières années, rapporte El Bilad, ce jeudi 08 avril 2021.

Dans le détail, le premier responsable du secteur de l’emploi en Algérie, s’est prononcé. Et ce, au sujet des sources de financement de la CNR. Il a précisé que la caisse est principalement financée; à hauteur de 18,25% du total des cotisations des chefs d’entreprises et des employés. Ce qui représente 34,5% du salaire cotisable.

De ce fait, il a indiqué que les dépenses de la caisse nationale ont atteint les 1.293 milliards de dinars en 2019. Cela, face à des recettes estimées à 709 milliards de dinars. Ce qui signifie que le déficit financier en 2019 a été estimé à 584 milliards de dinars algériens.

Retraite en Algérie : Le déficit de la CNR pour l’année 2020 et les prévisions pour l’année 2021

Toutefois, le même responsable a divulgué lors de ce rendez-vous la situation financière en chiffres de la Caisse nationale des Retraites pour l’année précédente. Mais aussi, les prévisions pour cette année 2021. Il a déclaré que les perceptions de l’organisme pour l’année 2020 ont atteint les 762 milliards de dinars. Tandis que les dépenses dépassent les 1.400 milliards DA. Le déficit observé durant cette même année est de 640 milliards DA.

Cela dit, d’après les résultats enregistrés lors des deux dernières années et suite aux études prévisionnelles menées par l’institution, le déficit financier pour l’année en cours peut atteindre les 690 milliards de dinars algériens. C’est du moins ce que Djaâboub a avancé lors de sa dernière intervention devant les parlementaires.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes