Un réseau de transfert de smartphones volés en France vers l’Algérie démantelé

Algérie – Un réseau de contrebande de smartphones volés en France et vendus en Algérie a été neutralisé. Dzair Daily vous relate les faits de ce trafic, ce 18 octobre 2021.

Il s’agit en effet d’un réseau de recel de téléphones mobiles. Ces smartphones sont dérobés par des voleurs à la tire à Rennes et d’autres villes de France, puis envoyés en Algérie. Après de longues investigations, le trafic a pu être démantelé, selon l’annonce du procureur de la République de Rennes ce vendredi.

Dans le détail, l’histoire commence il y a un an. A ce moment-là, un important signal de vol de téléphone et de bijoux a été lancé. Cela s’accompagne souvent de violence. C’est alors que la ville de Rennes a été submergée par ces délits.

S’agissant de fauteurs de troubles, on révèle que ce sont principalement de jeunes adultes. Mais également des mineurs. Ceux-là errent généralement dans les rues en recherche de leur future victime. Dès lors, une enquête a été ouverte pour déceler l’implication d’un réseau.

Car en plus de Rennes, les plaintes s’amplifient au niveau de Paris et de la Normandie également. Par conséquent, la sûreté départementale d’Ille-et-Vilaine a détecté une filière. Celle-ci est basée dans le Val-de-Marne en Ile de France. En fait, c’est là qu’on procède à la récupération et envoi des téléphones mobiles vers l’Algérie, selon les explications du même procureur, Philippe Astruc. C’est ce que relate le site de la radio française, France Bleu.   

Qui est donc complice pour les faire entrer en Algérie ?

Pour résumer, des stewards travaillant à Air Algérie font l’objet de complicité. Ces accusations ne sont pas sans preuves. Revenons 11 jours en arrière, c’est-à-dire, le 7 octobre, au moment où la police française a interpellé quatre (4) suspects. Par la suite, trois d’entre eux ont été placés en détention provisoire. Après les perquisitions, les services de sécurité réquisitionnent des dizaines de téléphones.

Mais aussi des ordinateurs et une voiture Maserati. Un jour après, à savoir le 8 octobre, pour le transport de la marchandise, les soupçons se tournent vers un steward franco-algérien. Ce dernier est arrêté à l’aéroport d’Orly. Puis, placé sous contrôle judiciaire. Ensuite, quatre autres stewards font objet d’un mandat d’arrêt. Ces derniers sont affiliés à Air Algérie

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes