AccueilGuide VoyagesLa reprise des vols suspendue : Air Algérie en quête de la...

La reprise des vols suspendue : Air Algérie en quête de la sortie de crise

Algérie – À la lumière de la crise sanitaire qui perdure, la reprise des vols est exclue des perspectives dans le futur proche, et les problèmes d’ordre financier qui frappe de plein fouet Air Algérie pèsent sérieusement sur l’avenir de la compagnie qui peine même à payer les salaires de ses employés.

La compagnie nationale Air Algérie qui évoluait déjà péniblement et tablait pour survivre sur les injections étatiques dans sa trésorerie se retrouve, aujourd’hui, plus que jamais menacée dans son intégrité même du fait de la suspension des vols dont la reprise est constamment repoussée par la pandémie du coronavirus qui ne se lasse pas de sévir.

Des compagnies aériennes un peu partout dans le monde ont été obligées d’adopter des plans d’urgence. La diminution des effectifs est une mesure commune à ces sociétés de transport en difficultés. Les aides des États contribuent également à la démarche de sauvetage de ces opérateurs « malades ».

Air Algérie, quant à elle, ne peut réduire ses effectifs ni même abaisser les salaires des pilotes. Cette décision dépasse amplement les prérogatives de Bakhouche Alleche, son directeur général. Ni chômage partiel ni autre mesure similaire n’est la bienvenue. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, rappelons-le, insiste régulièrement sur la préservation de l’emploi.  

La direction d’Air Algérie cherche à présent une porte de sortie de cette posture périlleuse. Des observateurs du monde des transports sont quasiment unanimes. Le transporteur aérien public risque carrément la faillite. Selon les mêmes avis, il ne s’agit pas ici de craintes infondées. Ce n’est pas de l’alarmisme, arguent-ils.

Direction comme syndicats perplexes

Justement, pour pouvoir payer ses salariés et répondre aux dépenses inhérentes à la maintenance de ses avions, ainsi de suite, la direction se concerte avec son partenaire social. Le quotidien El Watan évoque, dans son édition de ce 15 novembre, une troisième réunion entre les deux parties qui est allée dans cette trajectoire de recherche active de solutions viables.

Des sources syndicales contactées par le journal confirment la rareté de pistes praticables qui s’offrent à la compagnie. La reprise des vols, assure le média de la presse écrite, n’émergerait que dans très longtemps. Air Algérie ne peut pas compter là-dessus pour reprendre pied. Il lui faut une aide gouvernementale. Cette dernière doit aussi s’accompagner d’un plan social. C’est ce qu’estiment en effet beaucoup.   

Les syndicats, après ladite réunion avec la direction, disent ne pas s’opposer à ce que cette dernière leur expose. Toutefois, expliquent les syndicalistes, les responsables d’Air Algérie manquent de propositions concrètes. Ils demandent alors à leurs partenaires sociaux de leur proposer quelque chose de tangible. Cela en attendant la reprise des vols dans la foulée de l’ouverture des frontières.

Il faut voler au secours de la compagnie aérienne publique. Celle-ci peut sombrer à tout moment. Pour mémoire, elle sera déchargée des vols domestiques, d’après une déclaration antérieure du ministre des Transports. Une nouvelle compagnie verra le jour en Algérie pour s’en occuper. Air Algérie, pour sa part, n’aura plus que les vols internationaux comme vocation exclusive. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes