AccueilGuide VoyagesReprise des vols de rapatriement vers l’Algérie : Ce que dit Amira...

Reprise des vols de rapatriement vers l’Algérie : Ce que dit Amira Slim

Algérie – La députée de l’émigration pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Amira Slim, révèle la reprise des vols de rapatriement vers l’Algérie des ressortissants bloqués à l’étranger à travers le lancement d’une nouvelle opération.

La représentante de la communauté algérienne en Afrique et au Moyen-Orient, Amira Slim, a révélé que le ministère des Affaires étrangères a programmé le lancement de la reprise des vols de rapatriement vers l’Algérie de nos ressortissants immobilisés à l’étranger à travers une deuxième opération. L’élue à l’APN cite des données publiées par plusieurs ambassades algériennes dans le monde.

Des courriels officiels, qu’Echorouk dit avoir consulté, indiquent que la priorité sera accordée aux personnes gravement malades, aux étudiants, aux citoyens décédés et aux titulaires de visas court séjour. Amira Slim, que le quotidien arabophone Echorouk est allé voir, a expliqué que la deuxième opération de rapatriement, dont elle a été informée, intervient après que plusieurs ambassades algériennes à l’étranger ont publié certaines données.

Ces données indiquent la reprise des vols d’évacuation sans préciser la date de l’opération. Le journal souligne aussi que les passagers concernés, cette fois-ci, par les vols de rapatriement sont les personnes atteintes de maladies graves. En plus de tous les Algériens dont le contrat de travail à l’étranger a expiré. Les étudiants universitaires et les titulaires de visa court séjour également.

La même source n’omit pas la priorisation des dépouilles des Algériens décédés à l’étranger. À ce jour, les corps inanimés arrivent en Algérie, ajoute la même source. Cela malgré la fermeture continue de l’espace aérien en raison de la Covid-19. Echorouk, qui cite des sources bien informées dans son article du 15 novembre, affirme le lancement par le gouvernement de l’opération. Elle est la deuxième dans son genre.

Le rappariement des Algériens de l’étranger en chiffres

Cette seconde opération vient après le rapatriement qui a eu lieu il y a trois mois. Ce dernier a permis le retour de plus de 28.333 Algériens de l’étranger. Chose qui a induit un coût financier de plus de 23 millions de dollars. Ces chiffres ont été communiqués par le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, note le média de langue arabe.

Le responsable a dévoilé la réalisation par l’Algérie de plus de 95 vols de rapatriement. Et 4 traversées maritimes. Tandis que d’autres rapatriés sont arrivés par les postes frontaliers. Le coût cité plus haut est, d’après le ministre, le résultat de la forte demande des Algériens souhaitant rentrer en Algérie.

D’autant plus que leurs conditions financières sont difficiles. Et qu’ils ne peuvent pas rester davantage en dehors du territoire national. On sait que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait auparavant donné ses instructions au gouvernement. Elles concernaient la mobilisation des flottes nationales. Celles aérienne et maritime. À savoir Air Algérie et Algérie Ferries.

Ainsi que les établissements hôteliers. Le but de tout ça consistait à accueillir les personnes bloquées. Cela s’est déjà produit. Mais le processus a connu l’arrêt. Celui-ci dure depuis un certain temps, rappelle Echorouk. Cette suspension a incité de nombreux citoyens à faire appel au président. Ils l’ont donc appelé à intervenir. En effet, ils attendaient de lui qu’il leur ouvre les frontières, pour rentrer au pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes