AccueilGuide VoyagesReprise des vols et Covid en Algérie : comment « l'avion défavorise...

Reprise des vols et Covid en Algérie : comment « l’avion défavorise la contagion »

Voyage – Le président du Syndicat national des professeurs et chercheurs universitaires, le professeur Rachid Belhadj en l’occurrence, estime que la reprise effective des vols en Algérie est loin d’être vecteur de propagation de la Covid-19. 

Depuis la reprise partielle il y a vingt jours maintenant, les vols se font timidement en fonction de la situation épidémiologique, liée à la Covid-19, de l’Algérie. L’évolution expéditive de la crise sanitaire a mené le gouvernement algérien à adapter certaines mesures restrictives relatives à l’actuelle réouverture des frontières. À savoir, un dépistage datant de moins de 36 heures et une mise en quarantaine obligatoire de 05 jours.

Difficile pour la diaspora algérienne de cacher son excitation et son émotion de retrouver un peu de liberté et, par-dessus tout, sa terre natale. Mais au moment où l’entrain et la bonne humeur semblaient être au rendez-vous, le nombre des nouvelles infections est reparti à la hausse dans le pays. Face à ce subit rebond des cas du Coronavirus, nombreux sont ceux qui appréhendent la prochaine saison estivale. 

Selon eux, le programme d’été d’Air Algérie entre autres représente une réelle et grandissante menace d’une troisième vague. Un avis que Rachid Belhadj ne semble pas partager. Le risque de propagation à bord des avions est, d’après lui, très limité. « Prendre l’avion comporte peu de probabilités de contracter le SARS-CoV-2 ». C’est ce qu’a indiqué, d’emblée, le chef de service du CHU d’Alger avant d’expliquer son point de vue à ce sujet. 

L’avion, souligne-t-il, est le moyen de transport le plus sûr et sécurisé pour voyager dans le monde. « Grâce à un système de ventilation ultra-performant, le risque de transmission d’agents pathogènes est quasi nul. Sans oublier la restriction en matière de passagers ». Il s’agit là notamment d’une élucidation qu’a formulée le responsable. Il s’est exprimé, ce 20 juin 2021, sur les ondes de la Radio nationale Chaîne 1

Vers une reprise intégrale des vols internationaux ? 

Alors que la flotte du pavillon national et de nombreuses compagnies aériennes étrangères ravivent, peu à peu, les aéroports algériens, la question relative au déverrouillage intégral des frontières revient souvent sur le tapis. Une éventualité qui, aux yeux du président du Syndicat national des professeurs et chercheurs universitaires, s’apparente à un futur encore lointain.

« Le gouvernement n’envisage probablement pas une telle hypothèse. En tout cas pas avant que tous les indicateurs ne dénotent une stabilité de la conjoncture sanitaire ! ». L’intervenant souligne, dans le même volet, que la reprise progressive des dessertes commerciales ne signifie malheureusement pas la fin des contraintes et des précautions.

« Gare à l’emballement. Le coronavirus est toujours d’actualité. Les restrictions de voyage en vigueur en témoignent ». C’est ce qu’a tenu à rappeler Rachid Belhadj de façon à ne pas perdre de vue la triste réalité derrière le rebondissement du trafic aérien. C’est sur un ton un peu plus apaisé et afin de détendre un peu l’atmosphère que le locuteur a alerté la communauté algérienne résidant aux quatre coins du Globe.

« Les voyageurs doivent faire preuve de conscience et de rationalité. Ils sont tenus à se soumettre à toute mesure que les autorités leur imposent ». Et au médecin de conclure : « L’objectif capital est de contrôler la propagation du virus et de ses variants ». Et pour y parvenir dans les plus brefs délais, les règles et restrictions en matière de déplacement, ne doivent pas être suspendues. C’est ce qu’a émis, en somme, le professeur Belhadj. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes