Reprise des vols d’Air Algérie : les précisions d’un expert

Algérie – Le membre du Conseil scientifique, Pr Lyes Rahal, apporte de nouvelles précisions relatives à la reprise des vols d’Air Algérie et le protocole sanitaire mis en place.

En effet, le Directeur Général de l’Institut National de Santé Publique (INSP) et membre du Comité scientifique chargé du suivi et de l’évolution de l’épidémie Covid-19 en Algérie, Lyes Rahal, s’est exprimé et a apporté des précisions au sujet des conditions mises en place par le Gouvernement pour cette reprise des vols progressive d’Air Algérie, rapporte Djalia DZ, ce vendredi 11 juin 2021.

Dans le détail, intervenant sur les ondes de la radio locale de Sétif, l’expert a apporté quelques explications sur les conditions imposées par les autorités. Celles qui ont pu déplaire à certains citoyens algériens. Notamment ceux venant de l’étranger après une longue période d’absence. De ce fait, il a tenu à les rappeler qu’ils doivent se munir de patience.

En outre, il a aussi expliqué que les restrictions ont été instaurées dans le but de protéger les voyageurs et leurs familles. Mais aussi, continuer dans cette lutte contre la pandémie afin de ne pas voir le nombre de cas contaminés augmenter. En sus, il a invité les personnes qui ont pu avoir des contraintes à se présenter au siège du Conseil scientifique.

Coronavirus en Algérie : vers la vaccination de 20 millions d’Algériens d’ici la fin de l’année, estime Rahal

En effet, lors de cette même intervention à la radio, le Professeur s’est prononcé au sujet du déroulement de la campagne de vaccination en Algérie. Il a précisé que le taux peut atteindre les 70%. Avec notamment la vaccination de 20 millions de citoyens algériens d’ici la fin de l’année en cours.

De ce fait, il a indiqué que la seule solution en vue de la situation épidémiologique actuelle serait le recours au vaccin. Cela, dans le but d’atteindre l’immunité collective. D’autant plus que certaines wilayas observent une augmentation dans le nombre des cas contaminés. Il s’agit, entre autres, de Blida, Alger, Oran, Tizi-Ouzou et M’sila.

Cela dit, il a tout de même souligné le fait qu’un nombre important des Algériens vont se faire vacciner. Ces derniers qui, selon lui, manifestent une grande confiance en leurs médecins. Raison pour laquelle, le comité a mis en place des cliniques mobiles pour se déplacer vers les zones de l’ombre et faire vacciner le maximum d’habitants.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes