Réouverture des frontières en Algérie : Tebboune répond

Algérie – Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, s’est exprimé hier 12 juin; sur la réouverture des frontières en Algérie lors de la rencontre avec les médias nationaux. 

En effet, le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré hier, dans son entrvue avec presse, diffusée via la chaîne nationale l’ENTV; qu’au vu de l’instabilité et fébrilité de la présente situation sanitaire; l’État ne peut approuver la réouverture des frontières en Algérie. 

Les propos du président stipulent que « tant qu’il y a des décès; et tant que la pandémie continue de se propager même de façon maîtrisée; il ne peut y avoir une totale ouverture ». Tebboune a souligné que le passage vers la phase de déconfinement absolu; engendrera automatiquement une reprise officielle du trafic aérien. Cette reprise est susceptible de mettre en péril l’état sanitaire de la nation.

Le chef de l’État a indiqué dans ce sillage que « si aujourd’hui une relance des liaisons aériennes sera effectuée; les avions iront dans des pays qui ont 500 000, 400 000, 200 000 ou 100 000 personnes contaminées et qui ont enregistré de nombreux décès. Ainsi vigilance et prudence sont exigées. »

Déconfinement en Algérie : Le dernier mot revient au Comité scientifique

En effet, le président n’a pas omis d’évoquer le rôle primordial que joue le cénacle scientifique, dans la prise des décisions stratégiques. Parmi celles-ci; on trouve l’annonce du dénouement des phases sécuritaires post-confinement. C’est au comité scientifique de juger en effet de la possibilité d’une reprise intégrale de tous les secteurs d’activités; y compris le trafic aérien.

« Nous essayons de faire en sorte que la lutte contre cette pandémie soit scientifique. C’est pour ça que nous, et moi parmi les autres, nous nous sommes mis au service de la Commission scientifique. La Commission a le sens de la responsabilité, qui lui permet de dire si on ouvre tout, on ferme tout, on ferme partiellement ou on ouvre partiellement. C’est comme ça que je vois la deuxième phase ». A explicité le Président de la république.

Il est à rappeler qu’un communiqué des services de la Présidence de la République, rendu public le 18 mai passé ; a indiqué que le président avait réprouvé les rumeurs indiquant l’ouverture de l’espace aérien et la reprise des vols en Algérie dès le mois de juin. Le document n’a pas manqué de trancher que ce jugement est d’ordre souverain.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes