Rentrée scolaire 2021 : Le Cnapeste s’exprime sur les moyens établis

Algérie – Le porte-parole du Cnapeste estime que la rentrée scolaire et la reprise des cours pour l’année 2020 – 2021en Algérie est un « sérieux test pour tout le secteur ».

En effet, dans un entretien accordé au quotidien généraliste El Watan; le porte-parole du Cnapeste, Messaoud Boudiba s’est exprimé sur la rentrée scolaire de 2021 en Algérie; affirmant que c’est un « sérieux test » des capacités du secteur de l’éducation nationale. 

Cette réouverture des classes est ; selon lui ; « l’occasion en or » de préparer les élèves pas seulement pédagogiquement mais aussi psychiquement dans cette ère pandémique inédite. À cet effet ; le porte-parole a tenu à souligner l’importance du respect des conditions sanitaires à la lettre afin d’enrayer la propagation du virus.  

Évoquant les séances de révisions qui auront lieu demain, Boudiba a qualifié cette initiative de « très louable ». Pour lui, elle est primordiale puisque l’apprenant est dans le besoin de confirmer ses connaissances acquises pour se rassurer.  

Accueillir dix (10) millions d’élèves : L’École est-elle prête ?  

La réponse à cette question est non. Boudiba a confié au journal francophone que des établissements « n’ont pas les moyens pour mettre à exécution ce protocole ». Il ajoute que les directeurs de ces institutions éducatifs disposent d’un budget « très dérisoire ».

Un budget qui, selon lui, ne couvre qu’une journée ou deux alors que le protocole sanitaire doit être appliqué au sérieux. Le gel hydroalcoolique ; les masques et la désinfection des salles de cours doivent être impérativement ; à la disposition des établissements. 

C’est pour cette raison que Boudiba appelle l’ensemble des collectivités locales à aider les établissements scolaires financièrement. Une dotation qui s’inscrirait dans sa volonté d’offrir à la jeunesse la sécurité pour bénéficier d’un enseignement de qualité. 

Cours particuliers en temps de pandémie : le porte-parole du Cnapeste s’exprime 

Après plus de cinq mois du subit arrêt des cours ; de nombreux parents des élèves se retrouvent dans l’obligation de se tourner vers les cours particuliers pour faciliter la reprise. Une démarche qui selon Boudiba se justifie par la pression provoquée par la crise sanitaire actuelle ; on ne peut donc « en vouloir à personne » ; a-t-il indiqué.

Fortement sollicité par des enseignants pour des conseils à l’égard de la gestion de cette période ; le porte-parole du Cnapeste a affirmé que ces cours dits particuliers ne sont pas à la portée de tout le monde. Malgré ce ; des enseignants ont regroupé « un nombre important » d’apprenants « dans des garages » en écartant tout risque de transmission du Coronavirus.

Dans le même sillage, l’interview a affirmé mis ce « manque de responsabilité » sur le dos des parents ; puisque c’est à eux de « protéger leurs enfants » et leur interdire d’y assister à ce genre de cours. Cet acte, selon lui ; jette les efforts déployés de l’État pour protéger les élèves et le personnel éducatif dans son ensemble dans l’évier.

 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes