Renault Algérie : Vers le dédouanement des kits CKD / SKD

Algérie – La crise présente sur le marché automobile, étant toujours d’actualité dans notre pays, a poussé le gouvernement à faire bouger les choses et c’est ainsi que le dédouanement des kits CKD et SKD de Renault, jusque-là bloqués, est autorisé.

- Advertisement -

En effet, le marché automobile en Algérie connaît actuellement une crise sans précédent. Cela est notamment dû au déséquilibre présent entre l’offre et la demande. Cette situation pourrait toutefois changer avec la nouvelle décision gouvernementale. Celle-ci consiste à permettre le dédouanement des kits CKD et SKD de Renault bloqués dans différents ports en Algérie.

Et ce, à partir de la mi-avril de l’année courante de 2021. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien national El Watan, dans son numéro du 28 mars 2021. Pour les moins connaisseurs, le système SKD (Semi Knocked Down) consiste en fait à monter des voitures dont les pièces sont partiellement assemblées. Tandis que la phase CKD (Completely Knocked Down) est un peu plus complexe. 

Lire aussi : Automobile : Skoda s’intéresse à la construction des voitures en Algérie

Il s’agit là, d’exporter des produits totalement démontés. Cela afin de les assembler entièrement par une entreprise ou une usine locale. Ainsi, et à défaut de ne pas avoir encore accordé les autorisations définitives au profit des concessionnaires pour l’importation des voitures neuves en Algérie, le gouvernement opte pour une autre option. Une façon de faire plus accessible pour le moment. 

Il est alors question du dédouanement des kits CKD et SKD de Renault, bloqués dans diverses structures portuaires algériennes. Sachant que ces pièces étaient importées hors quota pendant l’année 2020 depuis l’étranger. Cela suite à une autorisation émise par le ministre de l’Industrie de l’époque.

Sujet connexe : Automobile en Algérie : Vers la relance de la construction des voitures ?

Cependant, l’opération d’importation ne s’est pas vraiment effectuée et a été suspendue en raison de la suppression du régime référentiel des importations durant la même année. Et ce blocage dure depuis plus d’une année déjà, notamment au niveau du port d’Arzew à Oran. C’est là également ce dont nous informe le quotidien susmentionné.

Par ailleurs, il est important de noter que la mesure de dédouanement des kits ne permettrait de résoudre qu’en partie les problèmes liés à la pénurie de voitures dans notre pays. Et pour cause, le nombre de véhicules qui seront montés avec ces kits est limité. 

Vous aimerez lire : Automobile : Peugeot Algérie annonce des remises pour ses clients

En plus du fait qu’une bonne partie d’entre eux est déjà vendue à des personnes qui attendent patiemment depuis des mois, la réception de leurs voitures. Le dédouanement des kits CKD et SKD bloqués, n’est donc qu’une solution partielle et provisoire pour la crise actuellement présente sur le marché automobile algérien. 

Les prix des voitures d’occasion continuent alors de flamber. Cette situation perdure en attendant l’attribution des agréments finaux. Les futurs importateurs de voitures neuves en Algérie guettent leur obtention du ministère de l’Industrie. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes