AccueilPolitiqueRemaniement ministériel en Algérie : tout ce qu'il faut savoir

Remaniement ministériel en Algérie : tout ce qu’il faut savoir

Politique – Le remaniement ministériel, opéré ce jeudi en Algérie par le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, aura touché plusieurs différents portefeuilles. Nous vous proposons un tour d’horizon du nouveau gouvernement dans la suite de notre édition du vendredi 9 septembre 2022. 

Le président Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, a opéré, ce jeudi, en Algérie, un remaniement ministériel qui a concerné six (6) départements. À savoir, ceux de l’Enseignement supérieur, la Santé, l’Intérieur, l’Industrie pharmaceutique, du Transport et des Travaux publics.

C’est en effet ce qu’a fait savoir Samir Aggoune, porte-parole officiel de la présidence de la République lors d’un point de presse. Ce dernier a ainsi dévoilé le nouvel exécutif du chef de l’État algérien, qui reste sous la houlette du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, à qui le président Tebboune a renouvelé sa confiance.

Le premier changement a concerné le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Celui-ci est désormais dirigé par Brahim Merad en remplacement de Kamel Beldjoud qui, lui, rejoint celui des Transports.

Il remplace alors Abdallah Moundji qui a été désigné au poste de Secrétaire général de la présidence de la République à la place de Mohamed El-Amine Messaid, décédé le 20 août dernier à l’âge de 70 ans. Autre nouvelle tête d’affiche du nouveau gouvernement : Lakhdar Rekhroukh, PDG du groupe public Cosider.

Ce dernier s’est vu confier la responsabilité générale du ministère des Travaux publics, de l’hydraulique et des infrastructures de base. Le département ministériel de l’Industrie pharmaceutique a lui aussi subi un changement, occupé jusque-là par Djamel Benbahmed. C’est donc Ali Aoun, désormais ex-DG de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), qui lui succède.

Appelé à d’autres fonctions, Abderrahmane Benbouzid cède, pour sa part, sa place de ministre de la Santé à Abdelhak Saihi. Le président Tebboune a notamment nommé Hamid Badari comme nouveau chargé du MESRS en remplacement d’Abdelbaki Benziane. 

Algérie : découvrez la composition du gouvernement remanié ! 

Outre Aïmene Benabderrahmane, le chef de l’État a décidé de maintenir dans leurs postes plusieurs ministres. Il a de ce fait maintenu Ramtane Lamamra à la tête du ministère des Affaires étrangères. Abderrachid Tebbi devra, quant à lui, encore garder un œil sur le secteur de la justice en Algérie

Le président Tebboune garde également Brahim Djamel Kassali, ministre des Finances, Abdelhakim Belabed, premier responsable du MEN. En plus de Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie et des Mines, Youcef Belmehdi, chargé du ministère du MARW ou encore Laid Rebiga, premier responsable du ministère des Moudjahidine et des Ayants-droits. 

Il est également à noter que Kamel Rezig se verra encore confier le ministère du Commerce et la Promotion des exportations. Nous vous invitons maintenant à consulter la liste intégrale des ministres du nouveau gouvernement d’Aïmene Benabderrahmane. 

Remaniement ministériel en Algérie : voici la composition complète du gouvernement 

Premier ministre : Aïmene Benabderrahmane

Ramtane Lamamra : ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger

Brahim Merad : ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire

Abderrachid Tabbi : ministre de la Justice, garde des Sceaux

Brahim Djamel Kassali : ministre des Finances

Mohamed Arkab : ministre de l’Énergie et des Mines

Laid Rebiga : ministre des Moudjahidine et des Ayants-droits

Youcef Belmehdi : ministre des Affaires religieuses et des Wakfs

Abdelhakim Belabed : ministre de l’Éducation nationale

Kamel Bidari : ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Yacine Merabi : ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels

Soraya Mouloudji : ministre de la Culture et des Arts

Abderrazak Sebgag : ministre de la Jeunesse et des Sports

Hocine Cherhabil : ministre de la Numérisation et des Statistiques

Karim Bibi Triki : ministre de la Poste et des Télécommunications

Kaoutar Krikou : ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme

Ahmed Zeghdar : ministre de l’Industrie

Mohamed Abdelhafid Henni : ministre de l’Agriculture et du Développement rural

Mohamed Tarek Belaribi : ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville

Kamel Rezig : ministre du Commerce et de la Promotion des exportations

Mohamed Bouslimani : ministre de la Communication

Lakhdar Rakhroukh : ministre des Travaux publics, de l’Hydraulique et des Infrastructures de base

Kamel Beldjoud : ministre des Transports

Yacine Hamadi : ministre du Tourisme et de l’Artisanat

Abdelhak Saihi : ministre de la Santé

Youcef Chorfa : ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale

Bessma Azouar : ministre des Relations avec le Parlement

Samia Moualfi : ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables

Hichem Sofiane Salaouatchi: ministre de la Pêche et des Productions halieutiques

Ali Aoun : ministre de l’Industrie pharmaceutique

Yacine El-Mahdi Oualid : ministre de l’Économie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes