14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
mercredi, 22 mai 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueGéopolitiqueRelations algéro-russes : la hausse des exportations du gaz de l'Algérie vers...

Relations algéro-russes : la hausse des exportations du gaz de l’Algérie vers l’Italie posera-t-elle problème ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Dans ce numéro du 11 avril 2022, Dzair Daily vous s’intéresse aux relations algéro-russes après la hausse de l’approvisionnement en gaz vers l’Italie. Apprenez tout, ci-après.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, plusieurs tensions diplomatiques ont émergé entre les Occidentaux et les Russes, et dans ce contexte, la hausse des exportations du gaz de l’Algérie vers l’Italie entravera-t-elle les rapports de notre pays avec celui de Vladimir Poutine ? N’hésitez pas à continuer la lecture de ce passage afin de trouver la réponse. 

En fait, des experts russes se sont exprimés à ce sujet. Parmi eux, le journaliste Gennady Petrov, qui a affirmé que l’Italie est le deuxième pays européen importateur du gaz russe. En sus, il a mentionné sur un article que ce pays a décidé d’augmenter son approvisionnement en gaz algérien et qatari. Dans ce sens, l’Italie va d’ailleurs bientôt signer un accord avec les Algériens. Il s’agit ce qu’on apprend par le biais du quotidien Echorouk.

- Publicité -

Effectivement, bien que l’Italie ait déjà montré son intérêt grandissant pour le gaz algérien au détriment du gaz russe, les experts russes n’évoquent pas de tensions possibles entre les deux nations, à savoir l’Algérie et la Russie. C’est en tout cas ce qui a été rapporté par la le média arabophone dans son édition d’aujourd’hui. 

Liens de l’Algérie avec la Russie : d’autres révélations

À travers ses lignes, le chroniqueur susmentionné a rapporté les paroles du directeur adjoint de l’Institut des études africaines de l’Académie des sciences de Russie, Leonid Fituni, à propos de l’Algérie. Ce dernier a affirmé que « le fait que l’Algérie est un fournisseur traditionnel de gaz en Europe est une fatalité lors de ces dernières décennies ».

En sus, le responsable russe a souligné que « l’Union européenne abandonne de toute façon le gaz russe. Il n’est donc pas nécessaire de parler de concurrence directe entre les deux pays, à savoir l’Algérie et la Russie ». De même, « Il serait probable que Moscou accepte ce qui se passe en le qualifiant d’ordinaire ». a-t-il indiqué. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -