Réduction des visas vers la France : le Maroc réagit

Voyage – Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le Maroc commente la nouvelle décision de la France, relative à la réduction des visas. Nous vous proposons de découvrir tous les détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Les récents aveux du porte-parole du gouvernement d’Emmanuel Macron ont créé un véritable coup de tonnerre au sein du monde politique. Gabriel Attal a réitéré les informations qui circulaient depuis quelques jours. Selon lesquelles la France prévoit de procéder à une réduction « drastique » des visas accordés à l’Algérie, la Tunisie et au Maroc.

Une mesure qui semble fortement déplaire au dernier cité. On s’attendait sûrement à des réactions de la part des trois membres du Maghreb, mais pas d’une telle célérité. Le chef de la diplomatie marocaine s’est empressé de livrer son avis sur la stratégie de lutte contre l’immigration irrégulière. Celle adoptée par le gouvernement français.

Il s’est alors dit indigné de ce qu’il considère comme étant « une décision complètement injustifiée ». Elle transcende les limites de son entendement eu égard « à la rigueur et responsabilité dont fait preuve le gouvernement chérifien dans la gestion de l’immigration et des frontières ». Il s’agit là de ce qu’a tenu à souligner Nasser Bourita.

Celui-ci s’est exprimé, ce 28 septembre 2021, lors d’une conférence de presse co-animée avec son homologue mauritanien, Ismaïl Ould Cheïkh Ahmed. Le quotidien généraliste Echorouk a donc repris ses déclarations. 

Le durcissement de l’octroi de visas aux pays du Maghreb : le maroc manifeste son hostilité 

D’ici quelques semaines, le gouvernement français divisera par deux le nombre de visas délivrés aux algériens et marocains. Il a en outre décidé de réduire l’octroi aux Tunisiens de 30 %. Un moyen de pression sur les trois pays concernés qui refusent d’accueillir leurs ressortissants refoulés de France. Et que le responsable marocain suscité dédaigne. 

« Cette décision est immotivée en considérant que le Maroc a suivi les instructions. Il faut savoir que quatre-cent (400) laissez-passer consulaires ont été accordés, au cours de l’année précédente. Ce qui a permis à la France d’exécuter l’expulsion des ressortissants marocains ». C’est ce qu’a affirmé Nasser Bourita. Du côté des États algérien et tunisien, aucune réaction n’a encore été communiquée. 

Selon Gabriel Attal, cette mesure de rétorsion envers les trois pays voisins du Maghreb n’a rien de surprenant. Il a ainsi précisé que le gouvernement français avait, auparavant, mis l’Algérie, le Maroc et la Tunisie devant le fait accompli. Il leur avait expliqué que dans l’éventualité où ils rejetteraient encore l’accueil des expulsés, il procéderait à l’adoption d’une résolution rigoureuse. C’est ce dont a assuré le porte-parole français. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes