Comment redonner de la valeur au dinar algérien ? Pr Guendouzi propose

Économie – L’économiste algérien, Brahim Guendouzi, livre quelques conseils qui permettront, selon lui, de stimuler la valeur du dinar algérien. Ne bougez pas ! Dzair Daily rapporte pour vous plus de détails à ce propos dans la suite de son édition du dimanche 18 septembre 2022. 

La monnaie nationale a dernièrement connu une hausse remarquable face à l’euro et au dollar. Et cela, au niveau des transactions bancaires officielles et sur le marché parallèle des devises. À cet effet, le professeur économiste, Brahim Guendouzi, a tenu à dévoiler une stratégie qui, de son avis, hissera la valeur du dinar algérien au plus haut. 

Si vous êtes intéressés de connaître les détails à ce sujet, nous vous invitons à lire les lignes qui suivent. Dans le détail, Guendouzi estime que la hausse de la valeur du dinar algérien est due à l’augmentation des exportations des hydrocarbures, et notamment, à l’excédent de la balance commerciale ainsi qu’au grand contrôle sur les importations. 

Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien francophone La Patrie News. Le même expert explique l’appréciation de la monnaie nationale notamment par la hausse de l’inflation et le taux d’intérêt fixé par les banques centrales. La détérioration des variables macroéconomiques dans les pays développés, a-t-il encore souligné, est, également, à l’origine de cette hausse de la valeur du dinar algérien. 

Et cela, conformément à la règle de la parité des pouvoirs d’achat des monnaies. Cette dernière a alors un impact sur le taux de change effectif réel, selon les précisions de Guendouzi. Ce n’est pas tout ! Vous êtes curieux d’en savoir plus ? Retrouvez la suite des détails ci-dessou. 

Voici ce que Guendouzi propose pour un dinar plus fort 

Selon le susdit spécialiste, l’augmentation significative du volume des exportations algériennes influence positivement sur la situation économique de l’Algérie. C’est donc pour cela que Brahim Guendouzi appelle à une promotion du produit local et une diversification des transactions. Deux méthodes qu’il décrit comme étant « la clé de la porte menant à un dinar plus fort ».  

Il a proposé par ailleurs de renforcer la fiscalité pétrolière. Et cela, dit-il, en maîtrisant le déficit budgétaire à travers une imposition stricte dans les dépenses publiques. « Une bonne stratégie qui ne fera que renforcer la monnaie nationale et procéder à une croissance économique toujours plus forte », a-t-il conclu. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes