Recherché en France, un présumé trafiquant algérien de passeports arrêté en Grèce

Grèce – Les autorités grecques indiquent avoir incarcéré un ressortissant algérien qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt en France pour falsification de passeports. Ces faux documents servent aux candidats à l’immigration illégale en Europe.

Effectivement, un Algérien recherché en France pour appartenance à un réseau de trafiquants de passeports est écroué en Grèce. L’individu arrêté fait l’objet d’accusation de falsification de documents officiels. Ces derniers s’utilisent dans le trafic de migrants et leurs déplacements vers et au sein de l’Europe. C’est en tout cas ce qu’a rapporté, samedi, le média généraliste Greek City Times et que nous reprenons ce 06 juin 2021.

Le jeune homme algérien, âgé de 34 ans, est recherché par la police française. En effet, cette dernière a déjà arrêté de nombreux individus, membres de ce réseau, opérant depuis l’année 2018. La première phase de l’arrestation a eu lieu, en effet, le mois de septembre de l’année écoulée (2020). Il s’agit de ce qu’indique la même source médiatique.

L’arrestation du ressortissant algérien : plus de détails 

Le suspect algérien, activement recherché par les enquêteurs de la police à l’Hexagone, a fait l’objet d’une interpellation ce vendredi par les autorités helléniques. Selon le même média, l’opération a eu lieu dans le quartier athénien de Kolonos. Situé à dix (10) stades de la porte de la ville, appelée Dipylon.

D’après le même média, le ressortissant fait l’objet d’un mandat d’arrêt. Son interpellation résulte d’une opération baptisée « opération berbère ». Les autorités helléniques ont mené une enquête approfondie. Cette dernière a été dirigée à l’endroit de cette bande internationale de malfaiteurs spécialisée dans la falsification de passeports. De faux documents utilisés sur le marché de l’immigration clandestine.

Cette opération contre le phénomène susmentionné n’est absolument pas une première en Europe. Pour rappel, les autorités espagnoles ont incarcéré, à leur tour, sept (7) ressortissants algériens, il y a un mois et demi. Ces derniers appartenaient à un réseau de passeurs algériens. Ils organisaient, en effet, des traversées illicites entre l’Algérie et la Péninsule ibérique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé