Ramadan en Algérie : Les prix des fruits et légumes ce 13 avril 2021

Algérie – Sur les marchés algériens, les prix des fruits et légumes s’enflamment en ce premier jour de Ramadan, 13 avril 2021, malgré la disponibilité des produits agricoles.

- Advertisement -

Comme à l’accoutumée en Algérie et en ce Ramadan 2021, profitant de cette occasion religieuse durant laquelle la demande sur les légumes et fruits augmente, les prix connaissent une flambée fulgurante. Un scénario qui survient au détriment du consommateur. Celui-ci se trouve obligé d’acheter le strict minimum pour ses besoins.

Le quotidien Ennahar a effectué une tournée dans le marché de gros de Khemis El Khachna. Une localité situé dans la wilaya de Boumerdes. Lors de cette virée sur le terrain, le média arabophone a constaté une fluctuation des prix des produits agricoles.

Les courgettes sont alors entre 50 et 60 DA le kilo. La pomme de terre se vend à 60 DA. Quant au prix d’oignon, il oscille entre 30 et 40 DA. Le prix des piments et des poivrons, pour sa part, a atteint les 100 DA. L’haricot, dont le prix varie entre 200 et 250 DA/Kg, figure donc en haut du podium.

Prix des fruits et légumes : les prix exorbitants des fruits

De même pour les fruits, qui ne sont pas épargnés par cette flambée vertigineuse. Sont notamment concernées la fraise et la banane. Elles sont cédées entre 250 et 300 DA. Dans ce même contexte, certains commerçants ont justifié la hausse du prix des tomates, qui se vendent à 120 DA sur le marché de gros, par une pénurie du produit agricole, qui fait grimper les tarifs.

D’après la même source, les prix au marché de détail de Birkhadem, dans la wilaya d’Alger, sont également exorbitants. Le prix de la pomme de terre n’a pas chuté du seuil des 55 DA, voire 70 DA le kilo. L’oignon est vendu entre 45 et 55 DA. La tomate parvient jusqu’à 180 DA et les carottes sont dans la marge des 70 DA.

Les citoyens algériens qui subissent le phénomène de flambée de ces produits, à chaque début du mois sacré, confirment que ces prix ne correspondent pas à leurs salaires, notamment en ce Ramadan où les dépenses se multiplient.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes