AccueilActualitéAlgérieQuel intérêt ont les Algériens de l'adhésion aux BRICS ? Les experts...

Quel intérêt ont les Algériens de l’adhésion aux BRICS ? Les experts parlent de 7 acquis

Politique – Après la soumission officielle de sa candidature pour rejoindre l’organisation BRICS, des experts économiques évoquent l’intérêt que peuvent avoir les Algériens derrière cette demande. Dzair Daily relate pour vous tous les détails dans ce numéro du mercredi 9 novembre 2022.

En effet, l’Algérie a annoncé, lundi 7 novembre, son dépôt officiel de demande d’adhésion au groupe des BRICS. Il s’agit d’une organisation réunissant les États du Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Suite à cette candidature pour rejoindre les BRICS, des experts économiques ont évoqué l’intérêt que peuvent acquérir les Algériens. Il est question de sept (7) acquis derrière cette union.

Effectivement, les cinq pays des BRICS s’apprêtent à accueillir un nouveau membre dans l’organisation. Cela, afin de renforcer leur poids dans les négociations économiques internationales. Ayant une relation économique et diplomatique solide avec la Chine et la Russie, l’Algérie peut déjà compter sur leur appui.

Cela dit, la position de notre pays vis-à-vis de cette adhésion pourrait lui apporter une place à l’organisation. Et donc, avoir l’opportunité d’acquérir des intérêts une fois les pourparlers de son intégration terminés. D’autant plus que sa demande a été finement étudiée compte tenu du changement que connaît actuellement le monde.

Quel intérêt aura l’Algérie après son intégration aux BRICS ?

En effet, invité sur le plateau du quotidien Echorouk, Abderrahmane Hadef, consultant et expert en géo-économie, a donné plus de précision à cet égard. Selon lui, l’adhésion de la demande de l’Algérie ne tardera pas à voir le jour. Celle-ci aura des avantages si toutefois elle sera accueillie parmi les cinq États membres. Dont le plus important est l’intégration économique avec les BRICS.

Par ailleurs, l’expert a évoqué des futurs projets économiques dont bénéficiera l’Algérie, tout en développant ses infrastructures. On parle aujourd’hui du secteur de l’agriculture, des mines et des ressources souterraines. Tout en acquérant de l’expérience des pays en développement. 

L’Algérie pourra également bénéficier des financements accordés par la Nouvelle Banque de Développement, chargée de financer les investissements majeurs. De ce fait, cela permettra à l’Algérie, en tant que nouveau membre des BRICS, d’accroître son secteur commercial et technologique. 

Ce nouveau pas permettra à notre pays d’entamer une phase de rééquilibrage. Et ce, à la lumière du nouvel ordre financier mondial. Une initiative qui lui permet aussi de réduire ses dépenses et d’assurer la balance dans ses accords avec l’Union Européenne (UE), les États arabes. Ainsi que ses relations bilatérales avec les pays voisins.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes