19.9 C
Alger
19.9 C
Alger
lundi, 13 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDigitalAlgérie : Pourquoi la connexion internet est médiocre ?

Algérie : Pourquoi la connexion internet est médiocre ?

Publié le

- Publicité -

La ministre des TIC s’explique sur les coupures récurrentes du débit internet et sur la mauvaise qualité de la connexion en Algérie.

La ministres des télécommunications, Houda Feraoun a abordé la question de la qualité du débit d’internet en Algérie en démentant les rumeurs qui circulent depuis quelques semaines quant à la « coupure volontaire » d’internet. Elle affirme cependant que cette « coupure » prend effet lors des épreuves du BAC, afin d’éviter la fraude et la triche.

Il est utile de souligner que le débit d’internet en Algérie est l’un des pires à travers le monde. En effet, selon le site spécialisé Speedtest Global Index pour début 2019; l’Algérie se positionne 135ème sur 137 pays dans le classement de la vitesse de la connexion internet mobile. Dans le même sillage, l’Algérie est classée à la 173ème place sur 177 pays dans le classement de l’internet fixe.

- Publicité -

Des coupures du réseau durant les marches ?

Houda Feraoun affirme que la qualité médiocre de la connexion internet durant les manifestations pacifiques et les marches populaires; revient au fait « qu’un très grand nombre d’utilisateurs se trouvent dans un même périmètre »; cette situation pourrait, selon elle, faire baisser considérablement la qualité du réseau.

Elle poursuit en expliquant qu’il suffit à l’utilisateur de « s’éloigner du point de rassemblement »; pour constater l’amélioration instantanée de la qualité de son réseau et de sa connexion.

Répondant aux accusations de « censure des réseaux sociaux » très utilisés par les algériens depuis le début du Hirak; Houda Feraoun dément formellement en affirmant que son département n’a jamais eu l’intention de « couper internet, ni de censurer les réseaux sociaux ».

- Publicité -

Pour rappel, la ministre des télécommunications a affirmé plus tôt cette semaine qu’elle souhaitait exporter « l’internet algérien » vers les pays de l’Afrique subsaharienne.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -