23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
mercredi, 4 octobre 2023
- Publicité -
AccueilÉconomieDigitalPublicité numérique en Algérie : ce dont l'affaire Future Gate nous renseigne

Publicité numérique en Algérie : ce dont l’affaire Future Gate nous renseigne

Publié le

- Publicité -

Algérie – En justice, l’affaire Future Gate nous éclaire sur les dessous de la publicité numérique en Algérie. On vous aide à y voir plus clair, ce 09 mars 2022.

Placés en détention provisoire depuis fin janvier, des influenceurs algériens sont mêlés à l’enquête sur l’affaire Future Gate et celle-ci a porté au grand jour la face cachée de la publicité numérique en Algérie. C’est pourquoi on a décidé de se pencher sur ce sujet dans l’édition d’aujourd’hui.

Pour ces personnalités publiques aux millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, il ne suffit que d’une publication. Sous format photo ou d’une courte vidéo pour faire la promotion d’une marque. Sans pour autant investiguer préalablement sur la provenance ou l’efficacité du produit ou du service garanti, ces créateurs de contenu se remplissent les proches en contrepartie de cette publicité.

- Publicité -

Ainsi, ce commerce florissant sur le dos des abonnés a fini par rattraper ces influenceurs. Des noms tels que Rifka, Stanley, Numidia Lezoul et Ines Abdelli qui sont désormais présumés coupables pour avoir été complices. À savoir, en récitant les fausses promesses et les témoignages idylliques insoupçonnés communiqués par le directeur de l’agence fictive. Entre mensonge délibéré ou négligence, les influenceurs connaissent à présent le coût de leurs publicités.

Influenceurs en Algérie : quel est leur statut juridique ?

Sans réglementation ni registre de commerce, les créateurs de contenu se lancent dans l’aventure de l’influence et des publicités sans limites. Néanmoins, quand beaucoup croyaient à l’univers de l’argent facile, ils se sont maintenant réveillés devant les conséquences d’une escroquerie bien orchestrée.

« Tu dois publier seulement une vidéo de quelques minutes dans laquelle tu vantes les mérites de notre produit ou service », c’est ainsi que les influenceurs sont généralement approchés. Devant des offres aussi alléchantes en termes de rémunération, il est difficile de faire preuve de retenue.

- Publicité -

Pourtant, en l’absence de statut juridique et de contrats déclarés, ces créateurs de contenu s’exposent à d’importants risques. Notamment, à l’égard de leur manque de connaissances juridiques. C’est d’ailleurs ce qu’a rapporté Jeune Afrique, des propos de Wahiba Belhadji. Cette femme est une spécialiste en droit de l’information et de la communication à l’université d’Alger.

Cette activité liée au commerce électronique ne dispose d’aucun statut et devient clandestine, a-t-elle affirmé. D’autre part, elle déplore le retard de la législation algérienne à s’adapter aux changements de l’ère de la technologie. Car elle souligne toujours l’absence de textes juridiques qui encadrent la publicité numérique. Laissant ainsi ces influenceurs dans la jungle des offres et de l’avidité des audiences.

- Publicité -
- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -