AccueilSociété et CultureSociétéCes professionnels algériens établissent un réseau international

Ces professionnels algériens établissent un réseau international

Digital  Un groupe de professionnels algériens se développe à l’international grâce à un réseau sans frontières conçu par ses membres. Curieux de savoir de quel métier il s’agit ? Nous vous invitons à lire les lignes qui suivent. Nous vous livrons l’ensemble des détails relatifs ce sujet dans la suite de notre édition du 25 septembre 2022. 

En effet, un groupe de professionnels algériens est parvenu à créer un réseau sans frontières afin de s’offrir une lisibilité au niveau national et international. Ce réseau, fraîchement établi, regroupe alors les meilleurs vétérinaires d’Algérie. À cet égard, le quotidien généraliste arabophone, Echorouk, rapporte que cette initiative vise à permettre aux acteurs Dz de la susdite discipline médicale de se développer. 

Cette initiative est, en fait, organisée par l’Espace vétérinaire algérien (EVA), à sa tête, le vétérinaire Saber Wahid, spécialiste en ophtalmologie animale et également propriétaire du réseau en question. Il faut savoir que ce projet a pour objectif de valoriser le domaine de la médecine vétérinaire d’Algérie.

Notant que la France compte, à elle seule, une cinquantaine de vétérinaires algériens. En marge de la première conférence internationale sur la médecine vétérinaire, Saber Wahid a été interrogé.

Ce dernier a alors déclaré à ce sujet : « Ce réseau vise principalement à rassembler tous les vétérinaires algériens. Soit ceux activant au sein du pays et les spécialistes établis à l’étranger ». Et au même locuteur de poursuivre : « Notre but est de favoriser le développement de cette profession par l’échange et la coopération ». 

L’Algérie ambitionne de se développer dans la médecine vétérinaire

Dans le même sillage, les organisateurs algériens du réseau susmentionné ont indiqué ambitionner d’offrir une place de choix au domaine de la médecine vétérinaire algérienne, à l’échelle internationale. Et cela, souligne-t-il en outre, en concluant des accords de coopération avec des centres de recherche scientifique et des universités du monde entier.

Selon eux, ce réseau verra une évolution en organisant des forums scientifiques et des rassemblements académiques. Une manière pour préserver la richesse animale contre toutes sortes de maladies. Pour sa part, le vétérinaire Noureddine Mekideche a fait savoir que les vétérinaires algériens ont besoin d’être formés.

On note, à cet effet, l’afflux massif des étudiants en médecine vétérinaire aux ateliers de formation gratuits organisés par l’EVA. Parmi eux, 1.700 participants inscrits, dont la plupart sont des étudiants et des jeunes nouvellement diplômés. Ils traduisent tous le besoin urgent de formation continue. Ce qui leur permettra de renouveler leurs connaissances et d’acquérir de nouvelles compétences.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes