Économie

Produits interdits à l’exportation en Algérie : Des exportateurs s’expriment

1
Algérie exportation produits interdiction
S'abonner :

Algérie – La décadence de l’onglet d’exportation en Algérie, enfonce le pays dans une impasse économique, en raison de l’interdiction de certains produits à l’export.

L’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) estime que, l’Algérie pourra générer jusqu’à 100 millions de dollars de profits, si et seulement si l’Etat fluidifie l’exportation de certains produits au lieu d’opter pour une interdiction ferme. 

En date du 22 juin dernier, l’Anexal a fait parvenir un courrier au Premier ministre, Abdelaziz Djerad, dans l’optique de reconsidérer cette situation; qui tend vers un aspect conjoncturel. En effet, suite à cette esquisse de produits d’exportation restrictive, certaines productions potentiellement lucratives; subissent une interdiction de commercialisation en terres étrangères. 

A cet égard, l’Anexal a introduit une requête auprès du Premier ministre, lui demandant de réviser ce listing; qui porte préjudice à l’essor économique du pays. Ainsi, le président de l’Association nationale des exportateurs algériens, Ali Bey Nasri explique, par cette revendication que « cette liste est exagérée et ne reflète guère la réalité des exportations en Algérie »; a rapporté Liberté Algérie

En outre, l’orateur poursuit son exposé explicatif en soulignant que plus de 1200 produits sont sujets de bannissement, au sein des marchés d’exportation depuis près de six (6) mois. Une conjoncture qui heurte violemment la plateforme économique ainsi que ses synergies. D’autant plus que l’Algérie, se limite à un pourcentage relativement faible dans cette section, (10 % d’exportation de produits); considérée comme l’un des principaux axes de consolidation économique. 

L’inexploitation des aubaines de l’exportation en Algérie va-t-elle prendre fin un jour ?

Le président de l’Anexal indique que, la liste émise par l’Etat comporte des productions de divers registres : agroalimentaire, cosmétique, médicale et bien d’autres; porte atteinte à la croissance de l’assiette monétaire en Algérie. En effet, en entravant l’acheminement et la distribution de ces produits, sur les marchés internationaux; de négatives répercussions se constatent sur le développement du marché national. 

En sus, l’intervenant évoque la balance commerciale, infectée par une capacité de production excédentaire démesurée. Effectivement, suite à une demande régressive face au pouvoir d’achat, les stocks de réserves s’accumulent de manière faramineuse. Alors qu’il possible de mettre fin à cette perte encourue, en dirigeant ce fléau cumulatif vers l’exportation. 

A cet effet, M. Ali Bey Nasri appelle les autorités à réviser la procédure de ce secteur, en optant pour des exportations cotées à des taux fixes. Afin de mettre fin à cet excédent de production, tout en essayant d’enregistrer un bénéfice satisfaisant; pouvant s’élever jusqu’à 100 millions de dollars. Par voie de conséquence, cela est envisageable si l’État décide d’emboîter le pas; et prester avec le Canada, le Moyen-Orient et l’Afrique.

 

Article recommandé :  Algérie : Une nouvelle loi spéciale pour l’importation (Import/Export)

Coronavirus Algérie : La DGI explique les aides aux entreprises

Article précédent

Coronavirus Algérie : Le bilan poursuit sa progression ce 01 er août

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

On tente par tous les moyens d’isoler l’Algérie . Et croyez moi ce n’est pas la main de l’étranger qui vient pour freiner le développement de ce pays. Les exportations ne génèrent pas seulement de l argent , mais bien plus, puisque l’Algérie , à travers ses produits, sera connue et reconnue de partout : l’image de marque est très importante. Lorsqu’on sillonne un rayon agro-alimentaire à l’étranger , le drame c’est de voir des produits Tunisiens et Marocains mais point d’Algérie, qu’elle tritesse et qu’elle déception !!!!! Tout produit Algérien destiné à l’exportation ne doit pas être sur la… Lire la suite »