13.9 C
Alger
13.9 C
Alger
jeudi, 18 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobilePrix des voitures, importation automobile : ce qu’en pensent les Algériens

Prix des voitures, importation automobile : ce qu’en pensent les Algériens

Publié le

- Publicité -

Algérie – Retrouvez, ci-dessous, les avis des citoyens algériens au sujet de l’importation des véhicules, ainsi que les prix des voitures dans le marché automobile d’occasion.  

Au marché de l’occasion, l’heure est à la stagnation depuis plusieurs mois. Ces lieux de vente des véhicules de seconde main qui peinent à redémarrer, connaîtront-ils un sort meilleur avec les derniers rebondissements que connait leur dossier ? Au sujet de l’importation automobile et des prix des voitures, des citoyens algériens se sont prononcés au micro de Beur TV. 

Le média arabophone est descendu, hier, dans la rue de la capitale pour récolter les avis des passants. En se positionnant clairement pour le retour de l’importation des voitures neuves, un citoyen trouve plus adéquat que cette démarche soit couplée avec une autre. 

- Publicité -

« Importer une voiture Volvo ou Ford de la Suède, sans ses pièces de rechange, ne bénéficiera pas au pays. Il y a longtemps, des voitures de marque Moretti ont été acheminées jusqu’en Algérie. Les prix étaient abordables. Toutefois, les pièces de rechange n’étaient pas disponibles. Après un an ou deux, les véhicules ont donc chuté. Je pense qu’il devrait y avoir des entreprises qui veilleront à fournir ce type de pièces », pense-t-il. 

Prix et importation des voitures : ce que disent les Algériens

Étant du même avis que le précédent, un jeune homme algérien s’est exprimé sur l’impact de l’importation sur les prix des véhicules. Le retour à l’importation « permettra aux citoyens de se doter d’un véhicule. À l’heure actuelle, les voitures sont très chères. Elles sont difficiles à acquérir », se désole-t-il. 

- Publicité -

« J’ai rendu visite à Tidjelabine récemment. En observant le marché, j’ai constaté que les prix ne conviennent pas aux porte-monnaies des citoyens. Aucune vente n’a été donc conclue là-bas. Les vendeurs se prononcent sur les prix. Cependant, les acquéreurs qui même s’ils se ruent sur le marché n’achètent pas », fait-il remarquer encore. 

Une autre dame voit les choses sous un autre angle. À ses yeux, un marché ne devrait pas être si chaotique. En fait, « on adopte l’importation des voitures de moins de trois (03) ans. Puis, on la suspend et ainsi de suite. Ce dont on a besoin, c’est un système économique qui répond aux normes mondiales », appuie-t-elle.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -