Prix et vente des billets d’Air Algérie : un député demande l’ouverture d’une enquête

Algérie« Désigner une commission d’enquête ». C’est ce que demande le député représentant de la communauté algérienne à l’étranger, Fares Rahmani. Sa mission serait d’investiguer sur le travail d’Air Algérie à l’étranger, par rapport notamment à la vente des billets et leur prix.

Effectivement, les prix de vente des billets d’Air Algérie sont « démesurés ». C’est pourquoi, le député Rahmani réclame l’ouverture d’une enquête au sujet de la commercialisation des billets d’Air Algérie. Ainsi, le parlementaire s’est adressé au président de l’APN par le biais d’une lettre écrite.

Selon la correspondance de Rahmani relayée par Djalia DZ, il s’agit de plaintes de la diaspora algérienne face aux prix appliqués par la compagnie nationale. À titre d’exemple, ici, il est question de vols de Paris vers Alger à 700 euros. Pendant que chez nos voisins les Tunisiens, il ne faut débourser que 70 euros de Paris à Tunis, dénonce-t-il.

Dans ce sillage, le représentant pointe du doigt les intermédiaires et agences de voyages qui vendent les billets illégalement. À cela s’ajoute le monopole que détient Air Algérie dans les dessertes sur le marché aérien algérien. Ce qui a permis au transporteur national de « jouer » avec les prix comme bon lui semble, s’indigne-t-il.

Autres préoccupations du député Rahmani

Une autre facette d’Air Algérie qui déplaît au représentant, on trouve l’exclusion de certains pays comme le Royaume-Uni, le Canada ou même la Belgique des vols directs. Rahmani juge important de mentionner ce point dans sa correspondance.

Toujours dans la même optique, le représentant qui a à son actif dix ans de service auprès de la communauté algérienne résidant au Royaume-Uni, a conclu avec l’affaire des billets d’Air Algérie non remboursés. Et ce, depuis la fermeture des frontières en 2020.

C’est donc avec une demande à l’adresse du président de l’Assemblée populaire nationale, qu’il exhorte au responsable de prendre les mesures nécessaires pour instaurer une commission d ‘enquête.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes