AccueilÉconomieÉnergiePrix du pétrole : les cours de brut en tendance baissière

Prix du pétrole : les cours de brut en tendance baissière

Énergie – Après la hausse qu’ont connue les cours du pétrole ce samedi, les prix ont chuté aujourd’hui. Dzair Daily vous apporte plus de détails à ce sujet dans les lignes qui suivent. 

Vous n’êtes pas sans savoir que les cours du pétrole sont souvent instables, en effet, après quelques jours de la hausse qui a touché le marché de l’or noir, les prix ont enregistré une baisse significative aujourd’hui. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cette nouvelle édition du 7 novembre 2022.

Il y a deux jours de cela, le baril du Brent s’affichait à 98,57 dollars. Tandis que les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate (WTI) ont atteint la barre de 92,61 dollars. Comme on l’avait susmentionné, les prix de cette matière première précieuse ont pris une tournure descendante ce lundi. Et ce, suite aux déclarations des responsables chinois qui ont réaffirmé leur engagement à contenir la pandémie de la Covid-19. 

De ce fait, les contrats à terme sur le Brent ont chuté de 1,6 %, s’affichant ainsi à 96,99 dollars le baril. Quant aux contrats à terme sur le WTI, ceux-ci n’ont pas été épargnés de ce bouleversement. Selon ce que rapporte le quotidien arabophone généraliste Echaab, les prix de WTI ont baissé de 1,9 % soit 1,77 dollars. Ils s’affichent, à cet effet, à 90,84 dollars le baril. 

Énergie : voici les nouvelles décisions prises quant à la transition énergétique en Afrique 

Ce vendredi, le ministre de l’Énergie Mohamed Arkab a pris part aux travaux ordinaires de la 43e session du conseil ministériel de l’Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO). Pour rappel, cette réunion a eu lieu par visioconférence. En marge de ladite rencontre, les pays africains ont évoqué l’avenir de l’industrie pétro-gazière et la transition énergétique en Afrique. 

À l’issue de ce regroupement, les ministres des différents pays africains sont convenus de continuer à financer l’industrie pétro-gazière. Et ce, par la recherche active des ressources. Par ailleurs, l’ensemble des participants ont insisté sur l’importance de chercher l’expertise et la technologie, ainsi que des marchés pour les ressources énergétiques africaines. En effet, c’est ce que nous apprend le communiqué dévoilé par le département d’Arkab.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes