Prix du pétrole : les cours du brut pris au piège des incertitudes

Dzair Daily vous livre dans le nouveau numéro de ce dimanche 10 juillet 2022, tous les détails quant aux prix du pétrole brut. 

Ce mardi 05 juillet 2022, les prix du pétrole brut ont connu un autre graphique entre gains et pertes. Ou encore, entre les frayeurs de stagnation affectant la demande et les régressions de l’offre dans divers pays producteurs. Il est à noter que pour une livraison en septembre, le baril de Brent de la mer du Nord, perdait 1,17% à 112, 17 dollars.

Par ailleurs, pour une livraison en août, le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain coulait 0,01% à 108,45 dollars. En tout cas, c’est ce qu’a relaté Le Soir D’Algérie sur leur site officiel. D’après les analystes, les signaux actuels de l’équation pétrolière établis par la demande (baissière) et l’offre (haussière) sont contradictoires.

À cet égard, ils ont précisé : « Ces signaux font de la prévision des prix du pétrole une tâche laborieuse ». Les spécialistes ont, également, élucidé : « Il est impossible de prévoir quand l’attention se déplacera irrévocablement de l’offre vers la demande ». Il semblerait qu’en Norvège, les ouvriers du domaine du pétrole se soient ralliés à un mouvement de grève.

Le prix du gaz naturel en hausse ?  

L’analyste Susannah Streeter a présumé : « L’action des travailleurs va exacerber la douleur de la hausse des prix ». Il faut savoir que la Libye, qui possède des réserves les plus généreuses d’Afrique, est tourmentée par une incroyable et ample crise institutionnelle. En outre, le pays en question connaît des baisses de production.

Néanmoins, la peur de régression demeure toujours, ce qui influe davantage sur la demande. Cette réduction de l’offre mène vers l’augmentation du gaz naturel. Dès le début de l’année, le prix du TTF néerlandais a flambé de plus de 110%. Ce mardi, il atteint, selon le média Le Soir D’Algérie, 176,01 euros le mégawattheure.

En guise de précision, le TTF est la référence du gaz naturel en Europe. Sans nul doute, ce serait la valeur extrême depuis début mars. Puisque le prix avait sèchement touché le plus haut sommet historique de plus de 300 euros. Et ce, quelque temps après le commencement de la crise ukrainienne.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes