Les prix du gaz en hausse pile au moment de la révision des contrats de l’Algérie

Énergie – Le prix du gaz continue sa hausse au niveau des marchés européens amenant, au passage, de nombreux pays à se dégoter une alternative crédible aux importations russes, comme l’Algérie. Dzair Daily vous en dit davantage dans la suite de cet article du mardi 26 juillet 2022.

Alors que le prix du gaz poursuit encore sa hausse au niveau des marchés internationaux, plusieurs pays de l’Union européenne (UE) ambitionne de se tourner vers d’autres fournisseurs, à l’instar de l’Algérie, pour notamment se défaire de leur dépendance au gaz russe. Selon les préventions des experts, les tarifs des hydrocarbures devront continuer à augmenter. 

Soit jusqu’à et au delà de l’année 2025. Il s’agit là d’une information que rapporte le quotidien généraliste arabophone EchoroukEn effet, l’Algérie a doublé ses investissements dans le domaine des exportations hydrocarbures à la faveur de la signature de plusieurs nouveaux accords.

Selon la même source médiatique, le gouvernement algérien est actuellement en train de préparer des propositions de négociation à cet égard. Il prévoit en outre d’augmenter les prix des contrats à long et moyen terme. Une décision devra être officiellement adoptée les prochaines semaines. C’est ce que mentionne encore le susdit média.

Il convient par ailleurs de noter que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a récemment appelé les pays européens à se préparer à l’éventualité d’un arrêt complet des importations de gaz russe. Suite de ses déclarations, les contrats ont été négociés au-dessus du niveau de 1700 dollars par mille mètres cubes. 

L’Algérie prochain premier exportateur de gaz vers l’Europe ?

Il faut savoir que la hausse des prix de gaz fait pencher la balance en faveur de l’Algérie. Cette dernière pourrait, selon les spécialistes et observateurs, devenir une alternative crédible au gaz russe. Un avis que semble rejoindre l’économiste algérien Kamel Dib.

Selon le susdit expert en économie, un grand nombre des membres de l’Union européenne (UE), soit, entre autres, l’Italie et la France, se dirigent vers le groupe Sonatrach à l’effet d’augmenter l’approvisionnement en gaz depuis le territoire algérien.

Ils sont, de son avis, prêts à mettre la main dans la poche pour convaincre le gouvernement algérien à augmenter le volume de ses livraisons vers leurs territoires respectifs. Cela se traduit par les accords récemment signés par l’entreprise pétro-gazière algérienne. Kamel Dib s’attend à ce que les prix poursuivent leur envolée au rythme du conflit entre la Russie et l’Ukraine. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes