AccueilGuide VoyagesPrix des billets des vols vers l’Algérie : le coup de gueule...

Prix des billets des vols vers l’Algérie : le coup de gueule d’un député

Algérie – Un député pousse un coup de gueule concernant le prix des billets de vols vers l’Algérie. Le coût des dessertes aériennes au cœur de notre édition de ce samedi 04 septembre 2021.

Le député algérien Farès Rahmani a poussé un coup de gueule concernant le prix des billets de vols vers l’Algérie. Son intervention était auprès du média algérien Dz News. Pour rappel, ledit député est responsable de la zone 4 (États-Unis, Europe-hors la France, Grande-Bretagne, Turquie et Russie). 

Effectivement, le responsable s’est plaint de la cherté des traversées vers l’Algérie. Et ce, notamment, si on compare avec les pays voisins. À cet égard, l’intervenant a souligné qu’un billet de vol au départ de France par exemple se vend à 700 €. Alors que pour s’y rendre en Tunisie au départ de l’Hexagone, le prix du billet varie entre 70 et 100 €. 

Une différence flagrante que le député juge très désavantageuse pour la diaspora algérienne. En sus, ces prix ne sont nullement concurrentiels, selon le député. C’est en raison du grand écart en termes des coûts. Il a par ailleurs invité les parties concernées à revoir ces prix.

En outre, Rahmani a rebondit sur un point très important. On parle par ailleurs de l’exclusion de plusieurs pays des agendas de vols. D’ailleurs, la quasi-totalité des vols disponibles est en destination de la France. Selon l’interlocuteur, plusieurs pays ont été marginalisés. Une situation qui n’est pas à l’avantage des Algériens résidant dans des pays autres que la France.

Algérie : qu’en est-il de l’augmentation du nombre des vols ?

Concernant la hausse du nombre des vols, Farès Rahmani a salué cette décision. En effet, cela le soulage en tant qu’intermédiaire entre la diaspora et le gouvernement. Pour rappel, le nombre de dessertes aériennes a grimpé à 32 vols hebdomadaires. Toutefois, le point phare qui dérange, c’est toujours le prix onéreux des billets.

Par conséquent, l’interlocuteur a souligné certains points négatifs concernant cette situation. On cite d’ailleurs le volet touristique qui est fortement touché. Réellement, les prix affichés n’encouragent guère les touristes à venir en Algérie. Bien au contraire, ils portent préjudice au secteur du tourisme. Un secteur qui pourrait rapporter gros et ainsi mettre fin à la dépendance aux hydrocarbures.

Effectivement, ragaillardir le secteur du tourisme serait une excellente source de devises fortes pour l’Algérie. D’ailleurs, on n’a pas à aller loin pour observer cela. Ce secteur est  l’un des plus importants de l’économie de la Tunisie. De plus, cela a un effet bénéfique enchaîné sur d’autres secteurs économiques, tels que le transport, les communications, l’artisanat, le commerce et le bâtiment.

À cet égard, Rahmani juge qu’il est primordial de revoir ces prix. Par la même occasion, il a invité le ministre du Tourisme de joindre ses efforts pour régler ce point qui pèse lourd sur beaucoup de citoyens vivant à l’étranger.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes