Prix des affaires scolaires en Algérie : les causes derrière la hausse inédite

Algérie – La prochaine rentrée scolaire, en Algérie s’annonce exceptionnelle en vue des affaires scolaires qui se voient enflammées à cause de la flambée des prix, des raisons bien réelles ont mené à cette situation, retrouvez-les dans ce qui suit. 

En effet, à un mois de la rentrée des élèves en Algérie, les prix des affaires scolaires ont connu une hausse sans précédent. De plus, la flambée des prix continuera jusqu’en septembre prochain, la date officielle de la reprise des études. Cette année scolaire 2022 – 2023 s’avère donc exceptionnelle. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien, L’Expression DZ.

Selon les associations de la protection des consommateurs et des parents d’élèves, celle-ci en est une dure réalité à accepter. Non, ce n’est pas une augmentation tarifaire qui passera inaperçue. On parle de 300 % d’élévation par rapport aux prix de l’année dernière. Ce qui suscite l’inquiétude des parents d’élèves. 

Effectivement, il fallait bien s’y attendre, surtout avec la dévaluation du dinar, qui ne cesse d’accroître. Dans la suite de son édition du 4 août 2022, Dzair Daily vous dévoile toutes les raisons qui ont mené à cette hausse cauchemardesque des prix des fournitures scolaires. L’information est rapportée par la même source. 

Rentrée scolaire 2022 – 2023 : les raisons de la flambée des prix 

À noter que la raison principale revient à l’augmentation du prix du papier qui a atteint les 100 % cette année. Ce qui a touché, d’une manière directe, les articles scolaires et dans le cas inhérent les cahiers de toutes sortes. Ce qui explique que la fluctuation que rencontre le prix du papier, a fait doubler voir tripler le prix du cahier. 

Les prix des cahiers sont définis par rapport à leurs épaisseurs et au nombre de pages. Le cahier de 96 pages oscille entre 85 DA et 100 DA. Il en est de même pour celui de 120 pages qui est à 150 DA. Même chose pour le 192 pages qui est cédé à 200 DA. Tandis que le cahier de 288 pages frôle la barre de 320 DA. 

Enfin, la seconde raison à laquelle est due cette hausse, est le retard dans l’octroi des licences d’importation. Ce qui cause notamment une rupture de stock relative aux articles scolaires. Sachant que les licences devaient être délivrées six (6) mois au moins, avant le début d’importation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes