Pouvoir d’achat en Algérie : Mebtoul analyse la dévaluation du dinar

Algérie – L’expert en économie Pr Abderrahmane Mebtoul a analysé la dégradation du pouvoir d’achat des algériens en formulant des préconisations à ce sujet.

En effet, dans un entretien avec le site économique Algérie-Eco dans son édition de ce 20 mars, l’expert international et professeur des universités, Pr Abderrahmane Mebtoul a analysé la dégradation du pouvoir d’achat en Algérie en formulant des solution à ce propos.

Tout d’abord, Mebtoul estime que la dégradation du pouvoir d’achat en Algérie revient en premier lieu au problème de l’inflation. Selon lui, l’inflation provient essentiellement de la faiblesse de la production et de la productivité interne.

| Sujet connexe : Retraite et salaire pour vivre en dignité : Des Algériens donnent leurs avis

La seconde cause du problème inflationniste dans le pays est due; selon l’expert Abderrahmane Mebtoul, à la dévaluation de la monnaie nationale; le dinar algérien en l’occurrence, sans réformes structurelles accompagnant cette décision.

Ainsi, le même orateur a souligné que « la dévaluation rampante du dinar, via la baisse de la rente des hydrocarbures, risque d’avoir un effet désastreux sur toutes les sphères économiques et sociales ».

| Lire aussi : Inflation en Algérie : Les précisions du ministre des Finances (vidéo)

Mebtoul va plus loin, en mettant en garde contre les incidences que peuvent avoir de telles décisions, qui selon lui; peuvent poser « un problème sécuritaire et aura des incidences sur le taux d’intérêt des banques qui devraient le relever au moins de deux à trois points par rapport aux taux d’inflation réel, si elles veulent éviter la faillite »; estime le professeur.

Dégradation du pouvoir d’achat en Algérie : Ce que préconise Mebtoul 

Face à cette situation, Abderrahmane Mebtoul estime que l’amélioration du « pouvoir d’achat des Algériens, quel que soit le niveau de responsabilité; se mesurera par leur contribution à la valeur ajoutée interne ».

Il préconise à cet égard, une large mobilisation de la population en tenant compte des différentes sensibilités. Selon lui, c’est là une condition sine-qua-non du « rétablissement de la confiance »; sans laquelle aucun développement de sortie de crise n’est possible en Algérie.

Enfin, l’expert et professeur signale que « la véritable clef du développement dans le pays réside en la ressource humaine et l’urgence d’une gouvernance rénovée »; conclut-il.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes