AccueilÉconomieVotre ArgentPouvoir d’achat en Algérie : 80.000 dinars de salaire par mois...

Pouvoir d’achat en Algérie : 80.000 dinars de salaire par mois pour vivre dignement

Algérie – La dégringolade du dinar, en impactant le salaire, entraîne des répercussions sur le pouvoir d’achat. « La vie est chère ». C’est en effet une phrase courante. Alors, 8 millions de centimes seront-ils suffisants pour avoir droit à un niveau de vie décent dans notre pays ? On tentera d’y répondre aujourd’hui, ce 06 septembre 2021.

Le pouvoir d’achat en Algérie connaît une baisse importante rendant de nombreux citoyens incapables de subvenir, par le salaire qu’ils obtiennent, à leurs besoins les plus élémentaires. Par conséquent, en se basant sur les circonstances actuelles, le salaire qui garantit une qualité de vie acceptable est de 80.000 dinars en Algérie. C’est en tout cas ce que rapporte Echorouk depuis les organisations de protection du consommateur.

En effet, la cherté de vie est encore plus ressentie à l’approche de la rentrée sociale. Les Algériens font face à davantage de dépenses à des prix élevés. Notamment, avec la crise du coronavirus. Ainsi, tout a augmenté à l’instar des fournitures scolaires et tout ce qui est relatif à la préparation pour le retour à l’école, dit-on.

À ce titre, le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, affirme que l’effondrement du pouvoir d’achat a grandement nui aux familles à revenu moyen et dans le besoin. Dans ce sens, le responsable appelle le gouvernement à trouver des solutions pour contrôler les prix exercés sur les marchés. Tout en reconsidérant la politique de soutien. Celle-ci a permis à beaucoup de s’enrichir sur le dos des pauvres et des nécessiteux, soutient-il.

Le coût d’une vie décente en Algérie ?

Selon les estimations de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement, le salaire minimum à avoir pour vivre dignement en Algérie ne serait pas inférieur à soixante-quinze mille (75.000) dinars par mois. Compte tenu des prix actuels, le salaire est appelé à augmenter à l’avenir, explique Zebdi.

De son côté, Hassan Menouar, président de l’Association El-Aman pour la protection des consommateurs, a déclaré auprès du quotidien arabophone que le pouvoir d’achat des Algériens ne cesse de se dégrader depuis plus de quatre ans. De ce fait, des stratégies efficaces doivent être mises en œuvre en urgence pour contenir la crise, appuie-t-il.

Dans le cadre des solutions proposées,  l’intervenant a mis en avant des suggestions. Certaines relèvent de la responsabilité de l’État et d’autres, de la responsabilité des citoyens. À cet égard, l’État doit en priorité établir des contrôles sur les prix du marché en Algérie. C’est-à-dire veiller à la réglementation des divers produits alimentaires, a-t-il insisté.

Dans ce sillage, le premier responsable de l’association poursuit en disant que ces décisions doivent réellement se concrétiser après leur annonce. À savoir, mettre en place des installations pour une inspection rigoureuse des commerces. Quant au consommateur, l’achat doit se faire avec modération en se basant sur un ordre de priorités, précise-t-il.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes