21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
dimanche, 16 juin 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CulturePortrait de l'Algérien Muhammad al-Khidr Husayn : le seul cheikh d'Al Azhar...

Portrait de l’Algérien Muhammad al-Khidr Husayn : le seul cheikh d’Al Azhar non originaire d’Égypte

Publié le

- Publicité -

Religion – C’est à une figure emblématique d’Al-Azhar, la plus célèbre mosquée dans le monde, que nous consacrons cette édition du lundi 6 mars 2023 : Muhammad al-Khidr Husayn, un savant algérien avide de connaissances et amoureux de l’humanité. 

Le nom de l’imam algérien Muhammad al-Khidr Husayn est inscrit au niveau de l’ensemble des affiches représentant le panthéon du complexe Al-Azhar, un monument datant de l’époque fatimide. C’est par un 16 août 1876 que le très renommé Cheikh a vu le jour. Il est né à Nefta, au sud-ouest de la Tunisie, de parents natifs d’Algérie. Son père est issu d’un village sis à Biskra. 

Sa mère, elle, est originaire d’Oued Souf. En grandissant dans une famille réputée pour son savoir en sciences islamiques, il a rapidement nourri et développé une passion pour l’apprentissage. Dès son jeune âge, il se mit ainsi à mémoriser le Coran tout en contemplant le message d’Allah qui le fascina dès le premier coup d’œil. En 1888, il quitte sa ville natale, accompagné des siens. 

- Publicité -

Ces derniers avait auparavant dû renoncer à leur vie en terres algériennes du fait de l’invasion française. Ensemble, ils s’installèrent alors à Tunis. C’est en effet au sein de la capitale que le prodige amorce son ascension. Apprenant surdoué au sanctuaire Zitouna, il excelle dans ses études et tout particulièrement en littérature arabe. 

Sa surdouance est si patente qu’un établissement français en Tunisie lui propose un poste de travail. Une offre qu’il déclina en raison de son sentiment anti-colonial. En 1903, il obtient son diplôme. Au cours de cette même année, il lance une revue bimensuelle qui attire une armada de grands écrivains tunisiens. Dès lors, il enchaîne les succès et les convoitises de toutes parts. 

Muhammad al-Khidr Husayn, une ambition qui va bien au-delà de l’univers religieux 

Face à l’étendue de la colonisation française en Afrique, Muhammad al-Khidr Husayn multiplie les actions et discours en faveur des droits de l’homme. Un engagement humanitaire qui n’était pas du goût des autorités coloniales. Elles l’accusèrent de provoquer la haine envers les Occidentaux. Privé de toute prise de parole en public, il décida de se réfugier en Syrie. 

- Publicité -

En se dirigeant vers son nouveau refuge, l’intellectuel algérien fait une escale en Égypte. Là où il rencontra plusieurs penseurs musulmans de renom. Soit notamment Muhammad Rashid Rida et Muhibb ud-Din al-Khateeb. Mais ce n’est qu’en 1922 qu’il décide de s’inscrire à la dernière année d’Al-Azhar. Il obtient aisément son diplôme. 

Peu après, il fonde une organisation chargée de soutenir les mouvements de libération de l’Algérie, la Tunisie et du Maroc. Un collectif qui comprenait plusieurs immenses figures de la littérature arabe.

Après avoir dirigé notamment le célèbre journal mensuel d’Al-Azhar et l’Assemblée générale de la langue arabe, il intègre, en 1950, le conseil des grands savants de la susdite mosquée. Pendant l’an 1952, il fut nommé Grand Imâm d’Al-Azhar. Parallèlement, Muhammad al-Khidr Husayn se dévouait à des causes multiples jusqu’à son dernier souffle, en 1958. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -