AccueilActualitéMaghrebLa population au Maroc demande que son pays suive l'exemple de l'Algérie...

La population au Maroc demande que son pays suive l’exemple de l’Algérie sur ce point

Actualité – La population au Maroc, représentée par des associations engagées dans la défense des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, appelle les autorités à adopter une loi érigée par l’Algérie. Le reste des détails est à découvrir dans les lignes qui suivent. 

Les trois pays du Maghreb se ressemblent sur bien des points. Trois territoires frontaliers à l’identité globale souvent similaire. De par la proximité linguistique, la contiguïté géographique ou encore la similitude culturelle, ils sont constamment rapprochés les uns les autres. C’est actuellement le cas au Maroc où la population et un grand nombre de défenseurs des droits plaident pour l’intégration d’une loi d’Algérie dans la constitution marocaine. 

Il s’agit du décret n°18-12 du 2 juillet 2018. Celui modifiant et complétant l’arrêté n°63-278 du 26 juillet 1963 fixant la liste des fêtes légales. Il consacre Yennayer journée chômée et payée. Cela à travers l’ensemble du territoire national. 

Célébré chaque 12 du mois de janvier, le Nouvel An berbère avait, en effet, été décrété, il y a six ans, par le défunt président déchu comme jour férié. Une décision dont quarante-cinq collectifs de défense des droits de l’homme et du citoyen du Royaume voisin veulent bénéficier. Une information qu’a rapportée, ce dimanche 8 janvier 2023, le quotidien généraliste arabophone Echorouk

« Une telle mesure constituera une suite logique aux étapes récemment franchies. Soit, notamment, la reconnaissance de la composante amazigh dans l’identité marocaine ». Il s’agit là de ce qu’estime, pour sa part, le Parti du progrès et du socialisme (PPS)

Célébration du jour de l’an amazigh : les réclamations s’enchaînent pour son officialisation au Maroc 

À l’aube de Yennayer 2973, des voix s’élèvent donc, au sein du territoire chérifien, afin que le Nouvel An berbère soit érigé en fête nationale et jour férié. Pour le groupe politique précité et d’autres, une officialisation incarnera alors l’appréciation culturelle amazighe dans toutes ses dimensions et sa profondeur historique. 

Elle permettra, disent-ils en outre, aux citoyens marocains de s’unir. Elle construira des ponts entre l’ensemble des régions, assurent-ils encore. Dans le même esprit, le Mouvement populaire (MP) a adressé une correspondance à l’attention du gouvernement. 

« Une consécration officielle de Yennayer fête nationale ne peut être que bénéfique pour l’identité marocaine dans sa composante islamique, arabe et amazighe. En plus de ses affluents hassani, africain, hébraïque et méditerranéen ». C’est ce qu’a donc déclaré le camp dirigé par Mehdi Atmoun. Il a revendiqué, dans le même sillage, notamment la mise en place d’une version amazighe de la Constitution du Maroc.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici