Pôle emploi : un chômeur Algérien doit rembourser 9.000 euros à cause de la fermeture des frontières

France – Bloqué dans son pays d’origine en raison de la fermeture des frontières, un chômeur algérien se trouve dans l’obligation de rembourser la somme de 9.000 euros à l’opérateur public, Pôle emploi. Voici les détails.

L’établissement public à caractère administratif représente un acteur majeur de l’emploi et la formation à l’Hexagone. Outre l’accompagnement des chômeurs, il effectue aussi l’indemnisation des demandeurs d’emploi, par le biais de diverses allocations. Néanmoins, les candidats doivent répondre à certaines conditions. Ainsi, se trouvant hors de France, un Algérien, ne remplissant pas ces conditions, doit rembourser 9.000 euros à Pôle emploi.

En effet, un chômeur d’origine algérienne a perçu des indemnités chômage pendant un an. Cela, alors qu’il n’était pas en France. Le ressortissant est resté bloqué en Algérie durant la période de la crise du virus à couronne en raison de la fermeture des frontières maritimes, terrestres et aériennes. Malgré cela, le jeune homme a continué à pointer au chômage à distance, en ligne depuis son ordinateur.

À sa grande surprise, l’établissement français lui a réclamé des indemnités trop perçues. À son retour en France, l’homme de Cherbourg -en-Cotentin (Manche) se trouve dans l’obligation de rembourser 9.000 euros pour avoir fraudé après de l’organisme. Une somme à laquelle il n’aurait, effectivement, pas eu le droit. C’est ce que rapporte le média français Actu.

Pole emploi : Le chômeur algérien se défend

Il convient de noter que c’est son passeport qui a mis la puce à l’oreille des agents de l’organisme Pôle emploi. L’individu a exprimé son mécontentement de la situation. « Je comprends bien que je n’ai pas le droit au chômage en Algérie mais, j’étais bloquée à cause de la Covid. Il faut bien que je touche mes droits », a déclaré le Cherbourgeois. Il est question là aussi de ce que mentionne la même source médiatique.

Selon lui, il aurait prévenu l’agence cherbourgeoise de son absence. Cette dernière aurait, tout de même, continué à percevoir son indemnité. En outre, le chômeur algérien a affirmé avoir utilisé cet argent pour payer son appartement en France, l’assurance de sa voiture ainsi que d’autres dépenses dans son pays de résidence. Le jeune homme affirme être dans l’impossibilité de rembourser la somme. Cette affaire pourrait, ainsi, bien se finir en justice.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes