Poids du cartable scolaire en Algérie : une commission ministérielle installée

Algérie – Le ministère de l’Éducation s’engage à trouver des solutions immédiates pour alléger le poids du cartable scolaire. Notamment, en mettant en place une commission ministérielle chargée de cette mission. 

L’éternel problème du poids du cartable scolaire se pose encore et toujours en Algérie. Certains élèves n’arrivent pas à enfiler seuls leur sac à dos tant il est lourd. C’est pourquoi, le ministère de l’Éducation s’emploie à régler ce problème une bonne fois pour toutes. C’est en installant une commission ministérielle chargée de dégager des mesures pédagogiques et structurelles. 

Sa tâche visera à soulager les épaules des élèves. Le ministère de l’Éducation est donc reparti en guerre contre les sacs trop lourds. C’est en mettant en place une commission ministérielle. Cette dernière arrive en application des instructions du président de la République. Il s’agit de ce que stipule l’inspecteur central à l’Inspection générale dudit ministère. Abdelaziz Osmani. Le travail est mené sous la responsabilité du ministre du secteur. Abdelhakim Belabed en l’occurrence

Si l’on se fie aux informations fournies par le quotidien Echorouk dans son édition d’aujourd’hui, 20 octobre 2021, on apprend davantage. Le responsable au sein du ministère, à savoir Abdelaziz Osmani, indique en effet que cette même commission devra entamer la révision des programmes scolaire. Une mesure qui, d’après lui, devrait régler de manière définitive la question de surcharge des cartables. 

Généralisation des tablettes comme solution pour régler le problème de surcharge des sacs à dos

En outre, parmi les mesures mises en avant dans ce cadre, on trouve la généralisation progressive des tablettes. Elle constituerait une autre solution. C’est pour mettre un terme à ce fléau. Le porte-parole a également appelé les enseignants à suivre l’emploi du temps appliqué. L’objectif est de ne pas obliger l’élève à porter ses manuels scolaires tous les jours.   

Par  ailleurs, l’intervenant a également affirmé y avoir d’autres mesures « qui seront dévoilées au moment opportun et devront contribuer grandement à la résolution de ce problème ». C’est toujours d’après ce que rapporte la source pré-mentionnée juste en haut de cet article.

De surcroît, le directeur des systèmes d’information au ministère, Ghanem Amara rappelle une chose. Il note que la mesure de la généralisation graduelle des tablettes numériques s’inscrit dans le cadre des orientations du président de la République. L’application de ce projet a émergé l’année dernière. C’était à travers l’équipement de l’école primaire. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes