AccueilÉconomieVotre ArgentPlafonnement prix viandes rouges Algérie : ce qu'en pensent les paysans

Plafonnement prix viandes rouges Algérie : ce qu’en pensent les paysans

Algérie – Interrogé sur le plafonnement des prix des viandes rouges, le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens a donné une réponse dans ce sens. Dzair Daily vous dévoile davantage d’informations à ce sujet dans la suite de cette édition d’aujourd’hui.

Le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Khalfallah Mechri, a évoqué, ce matin, plusieurs sujets dont le plafonnement des prix des viandes rouges en Algérie. C’était lors de son passage à l’émission Echorouk Morning, ce dimanche 4 décembre 2022. Retrouvez tous les détails dans les lignes qui suivent.

Au fait, le secrétaire général de l’UNPA a déclaré, dans un premier temps, que la décision de plafonner les prix de la viande ne concernait pas la viande rouge pour plusieurs raisons. Puis, il a exprimé son mécontentement face aux prix de la viande. Sachant que les prix de cet aliment ont flambé très récemment. Ainsi, le citoyen s’est retrouvé dans l’obligation d’acheter de la viande à environ 2.000 dinars pour le kilogramme.

Le même intervenant a, par ailleurs, soulevé le problème de la sécheresse. Dans ce contexte, il a déclaré que le principal facteur est le manque de pluie ces derniers mois. Une telle situation a affecté l’élevage. Mais ce n’est pas tout ! Cela a également compliqué la tâche des élévateurs et des paysans. Il a, en outre, souligné que cette filière devrait être organisée au profit des consommateurs.

Plafonner les prix de la viande rouge, une bonne solution ?

Par ailleurs, les représentants de l’UGCAA s’apprêtent à rencontrer le ministre de l’Agriculture. Et ce, afin de discuter avec lui la question du plafonnement des prix. Sachant que cette dernière nécessite une connaissance des problèmes qu’affronte la chaîne de production de la viande.

À ce propos, le président de la Fédération nationale des viandes rouges et dérivés, Merouane Kheir, a indiqué que 25 % des boucheries ont dû baisser le rideau. Selon lui, l’idée de plafonner les prix était bonne, mais qu’il faut au préalable consulter tous les acteurs du secteur et résoudre les difficultés qui accablent les éleveurs.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes