AccueilÉconomieLe pétrole Algérien (Sahara Blend) parmi les plus chers au monde

Le pétrole Algérien (Sahara Blend) parmi les plus chers au monde

Algérie – Le pétrole brut algérien (Sahara Blend) est classé à la troisième place mondiale pour l’année 2020, du brut le plus cher au monde selon l’OPEP.

En effet, dans un marché des hydrocarbures qui accuse une forte baisse des prix en cette année 2020. Le pétrole algérien ou le Sahara Blend a tout de même conservé sa troisième place de brut le plus cher au monde parmi 13 références que compte l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, selon notre source le site African Manager.

Il est à noter que dans son dernier rapport mensuel, l’OPEP a précisé que le Sahara Blend avec le prix de 41,27 dollars pour l’année 2020, se place juste derrière l’Emirati Murban au prix de 42,31 dollars/baril et l’Angolais Girassol à 41,59 dollars/baril, toujours selon notre source.

Cependant, cette dépréciation des prix n’a pas impacté le classement du Sahara Blend pour cette année. Car même si en 2019, son prix était de 64,20 dollars le baril; ce dernier était classé à la sixième place après l’Angolais Girassol à 66,11 dollars/baril; le Guinéen équatorial Zafiro à 65,74 dollars/baril, le Nigérian Bonny light au prix de 65,63 dollars/baril; le Saoudien Arab light à 64,96 dollars/baril, et enfin l’Emirati Murban avec le prix 64,72 dollars le baril.

De plus, suite à cette deuxième vague mondiale du Covid-19 qui a impacté plusieurs régions du monde; les différents composants de l’OPEP ainsi que le Sahara Blend ont connu une chute de prix significative en octobre 2020 pour le deuxième mois consécutif. 

Le pétrole Algérien (Sahara Blend) en chiffres

Il est à savoir que les chiffres de cette organisation correspondent aux chiffres livrés par le ministre de l’Energie Abdelmadjid Attar. Lors de son passage devant la commission des finances et du budget de l’Assemblée Populaire Nationale; le ministre a annoncé que l’Algérie avait vendu son pétrole pour une moyenne de 41 dollars durant les neufs premiers mois de l’année 2020; contre 65 dollars pour la même période de l’année 2019.

Ce fort recul observé, provoqué essentiellement par la baisse de la demande depuis l’apparition de cette pandémie de Covid-19; a été en grande influence sur l’économie du pays, ce dernier dépendant essentiellement des recettes des hydrocarbures. En effet, l’Algérie n’a engendré que 14,5 milliards de dollars les neuf premiers mois de l’année 2020; de cette ressource, contre 25 milliards de dollars dans la même période en 2019, soit une chute de 41%.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes