Pension de retraite en Algérie : ce qui pourrait changer en 2022

Algérie – Voici les changements qui pourraient avoir lieu dans le dossier de la pension de retraite en Algérie durant l’année 2022. Retrouvez les détails dans les lignes qui suivent, ce 23 octobre 2021. 

Des sources proches de la centrale syndicale ont confié au quotidien arabophone, Echorouk, que le dossier de départ à la retraite sera présenté par l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) au gouvernement lors de la prochaine réunion tripartite. Cela avant la fin de l’année actuelle. Voici donc les points susceptibles de changer dans le dossier de la pension de retraite en Algérie à l’arrivée de l’année 2022. 

Ainsi, le dossier d’amendement de la loi sur les retraites est prêt avec la centrale syndicale. Les remaniements seront proposés après les élections locales du 27 novembre. Notons que la réunion tripartite est attendue avant la fin de l’année en cours. Dans laquelle sera présentée ce que l’UGTA proposera en matière de retraite. 

Selon les mêmes sources du média sus-cité, concernant le planning des propositions proposées, la centrale syndicale préférerait d’abord en finir avec les processus de construction institutionnelle. C’est-à-dire les prochaines élections locales. C’est en procédant au vote au sein de l’Assemblée populaire communale (APC). Et ceux des wilayas (APW). 

La suggestion de la centrale syndicale 

La source prémentionnée s’est penchée sur les propositions qui seront soumises au gouvernement. Ce sera notamment la nécessité de revenir au système de retraite de 32 ans de service. Une exigence dont la centrale insiste tout particulièrement. Et cela, tout au long de ses déplacements à travers toutes les wilayas. 

Par ailleurs, on apprend également par le biais de la même source les propos de Salim Labatcha. Il est le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens. Le responsable s’est donc exprimé sur la suggestion faite aux plus hautes autorités du pays. Le président de la République notamment. Il s’agit de réadapter le système de retraite de 32 ans de service. Le quotidien arabophone explique que cette proposition n’a pas été rejetée, mais que les pouvoirs publics restent ouverts au dialogue.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes