AccueilÉconomieCe pays compte mettre en suspens l’exportation vers l’Algérie de son blé

Ce pays compte mettre en suspens l’exportation vers l’Algérie de son blé

Économie – L’un des pays les plus grands producteurs de blé s’apprête à annuler l’exportation de blé vers l’Algérie. Curieux de savoir les raisons de cette grosse décision ? Ce numéro met à votre disposition tous les détails quant à ce sujet.

L’Algérie pourrait voir son secteur d’activité d’importation se bousculer, notamment en matière de produits céréaliers. En effet, étant un pays de production, l’Argentine pourrait annoncer l’annulation de l’exportation de blé vers l’Algérie. Mais aussi vers d’autres pays. Cela revient à des raisons de sécheresse qui persiste dans le pays.

Il est à noter à ce propos qu’une sécheresse a frappé ce pays de l’Amérique du Sud. De quoi affecter d’une manière directe la production de blé. Le gouvernement argentin prévoit d’annoncer à cet effet des dispositions, potentiellement dans quelques jours, permettant aux exportateurs de blé de retarder les livraisons convenues.

Puisqu’une sécheresse énorme et inquiétante a attaqué la récolte. Le gouvernement tire la sonnette d’alarme quant à l’approvisionnement intérieur. Il s’agit des informations rendues publiques, ce mardi, par l’agence britannique Reuters. Une source de la chambre d’exportation de céréales du pays (CEC), mentionnée par l’agence de presse, a révélé du nouveau à cet égard.

L’Argentine prête à s’engager pour renégocier les contrats

L’Argentine envisage de mettre en place de nouvelles mesures, dont leur publication se fera dans les prochains jours, selon ladite source. En conséquence de quoi les entreprises pourraient reprogrammer les exportations de blé prévues sans affronter l’amende normale des 15 % des autorités. Pour rappel, l’Argentine est l’un des principaux exportateurs de blé au monde.

Désormais, ce pays planifiera de retarder les exportations de céréales au cœur d’une sécheresse qui serait à l’origine de la pire récolte depuis près d’une décennie. Ladite source de la CEC a révélé à Reuters : « Si le gouvernement veut le faire, qu’il le fasse maintenant ». D’après cette source, l’Argentine doit faire demi-tour et parler à ses clients.

Notamment l’Indonésie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte. « Et leur dire que notre blé a brûlé et renégocié ces contrats », indique la même source. Toutefois, cette décision pourrait faire flamber les prix mondiaux, après que ce climat sec a secoué les producteurs aux États-Unis. Mais aussi l’invasion de l’Ukraine par la Russie a ralenti les expéditions. Puisque ces deux pays sont deux grands producteurs de blé, toujours selon ladite agence de presse.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes