Algérie

Ouverture des mosquées, annulation d’Aïd El Adha : Position des imams

1
mosquées aïd adha imams
S'abonner :

Algérie – Le Conseil national autonome des imams a tenu hier samedi une réunion exceptionnelle par visioconférence, pour traiter de l’ouverture des mosquées et du rite sacrificiel de l’Aïd El Adha. La rencontre virtuelle a été suivie de la publication d’un communiqué la sanctionnant.

Le Conseil des imams a officiellement pris position sur les grandes questions, en Algérie, liées à la pratique du culte musulman, à savoir la prière dans les mosquées et le rite de l’Aïd El Adha. Cela dans le contexte pandémique qui est le nôtre depuis des mois maintenant. Le Conseil invite alors le gouvernement à ouvrir les mosquées.

La demande est perçue comme urgente par ses émetteurs. Ceux-ci revendiquent l’ouverture en question; même de manière progressive. Avec accompagnement par des mesures de prévention contre le coronavirus. Comme c’est le cas dans certains pays arabes et musulmans; explique le document susmentionné.

Les imams suggèrent également que l’ouverture progressive se fasse comme suit : Déléguer la décision sur la méthode d’ouverture progressive aux conseils scientifiques; affiliés à l’institution de la mosquée par le biais des directions. Ils agiront en coordination avec leurs bureaux de wilayas. Le but par là est de tenir compte des particularités de chaque wilaya. C’est ce que l’on peut lire sur le communiqué.

Conseil des imams : Voici les mesures préventives pour les mosquées, et le rite de l’Aïd El Adha ne représente aucun danger

Quant aux mesures préventives, les imams proposent alors de garder les salles d’ablutions clôses; ainsi que les salles de prière pour femmes. Effectuer les prières dans les espaces ouverts; pour les mosquées qui en disposent. Dans le cas contraire, les tapis individuels pour chaque prieur doivent compenser ce manque. Il doit aussi y avoir le respect de la distanciation physique.

Celle-ci veut dire en fait, détaille le texte rédigé par les imams, maintien de la distance de sécurité; dans la mise en place des rangées autant que possible. Le Conseil ajoute qu’il faut retirer tout ce qui circule par les mains. En guise d’illustration de ces objets qui impliquent le contact tactile, le document cite les livres  du Coran; les chapelets et autres objets d’adoration.

Le communiqué indique en outre que le Conseil des imams suit avec intérêt; et préoccupation les voix appelant à l’annulation du sacrifice rituel. Ces voix tentent de semer la pagaille; et la confusion dans l’esprit des citoyens algériens, à propos de ce rite primordial; estime le Conseil. Cette tentative est d’actualité malgré l’absence de toute preuve scientifique; qui fait que le sacrifice rituel augmente la propagation de l’épidémie. Ceci toujours selon les mêmes dires.

Les imams s’étonnent qu’il y ait quand-même danger, en dépit de la mise en œuvre des mesures de précaution; et de prévention. Pour eux, ceci soulève des doutes sur la vérité des intentions de ces gens; envers les rituels et les symboles de la nation. Donc le Conseil des imams tient responsable les autorités concernées, de la charge de préserver ce rituel sacré.

Article recommandé :  Vols de l’Algérie vers la France : ASL Airlines met à jour son programme

Coronavirus : Benbouzid confirme l’inapplication d’un confinement total

Article précédent

Retraite en Algérie : Déficit de 680 milliards de dinars pour la CNR

Article suivant

Lire aussi

1 Commenter

  1. On rouvrira aussi de nouveaux cimetières ya ayima de la fin des temps.
    De quel droit professionnel ou religieux se mêle ce syndicat des imams fonctionnaires et qui n’existe dans aucun autre pays du monde musulman.
    Relisez Sounnah Al Rassul et faites de la politique dans les partis.
    Conseil supérieur de la fatwa semble absent alors Quoi ouvrons les mosquées sous conditions
    Responsabiliser chaque imam d’obliger les croyants au port du masque et contrôler à chaque prière.comme en Arabie saoudite ou ailleurs.
    Positionner et tracer avec un espace de 02 mètres les positions dès croyants pendant la prière.
    Comment contrôler le Flux souvent anarchique aux salles d’eau et toilettes ?
    Obliger chaque croyant de quitter la mosquée à la fin de la prière et interdire tout rassemblement à l’intérieur et autour de la mosquée pour des discussions oisives loin de l’islam.
    Mais qui contrôlera les imams pour ce travail minimum… la police et la gendarmerie cinq fois par jour ?
    Enfin pas de prière collective du Vendredi comme au Maroc ou ailleurs ni celle de l’Aïd cette dernière est une Sounnah et non un fardh.
    Bon dieu éclaire nos ignorants et préserve nous des souffahae.

Comments are closed.