AccueilGuide VoyagesOuverture des frontières en Algérie : Mehyaoui s’oppose pour cette raison

Ouverture des frontières en Algérie : Mehyaoui s’oppose pour cette raison

Algérie – Pr Ryad Mehyaoui se dit contre l’ouverture des frontières aériennes algériennes. Puisque, cette décision reportée plusieurs fois en sine die en raison de la crise sanitaire qui frappe en plein fouet le monde entier, pourrait avoir des conséquences. Les voici. 

En effet, lors de son passage sur les ondes de la radio de Sétif, ce vendredi 02 octobre, le membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie Pr Ryad Mehyaoui est revenu une nouvelle fois sur la question de l’ouverture des frontières en Algérie fermées depuis presque sept (7) mois. Se montrant contre l’ouverture des portes algériennes, l’orateur a tenu à présenter un point saillant important afin de renforcer son raisonnement, rapporte le quotidien généraliste El Bilad.

Ainsi, pour se justifier, Pr Mehyaoui a indiqué que le Comité scientifique n’envisage pas de rouvrir le ciel algérien puisque la situation épidémiologique des autres pays n’est guère rassurante ; plutôt très alarmante. « Le premier cas de contamination enregistré dans l’Algérie est venu de l’étranger », a rappelé le professeur. 

Dans le même ordre d’idée, l’expert a renvoyé la balle au camp de la présidence quant à la prise d’une telle décision. D’après ce qu’il a révélé, la décision finale revient au président de la République, Abdelmadjd Tebboune. En outre, le professeur a souligné que le Comité scientifique tient à notifier le gouvernement de toute évolution de la pandémie. Et ce, afin qu’il puisse séparer le bon grain de l’ivraie et prendre une décision appropriée.  

Mehyaoui craint une deuxième vague de Coronavirus 

Alors que l’Algérie continue de voir décroitre la pandémie sur son sol, contrairement à plusieurs pays européens, pour Mehyaoui; une éventuelle reprise des vols et l’ouverture des frontières pourraient conduire le pays vers une deuxième (2e) vague de Coronavirus.   

En sus, selon le journal arabophone; le professeur s’est de même exprimé sur le prolongement des mesures de confinement partiel sur huit (08) wilayas. Appelant ainsi les citoyens à comprendre la situation. Il faudra donc patienter encore; surtout que 70% des wilayas de l’Algérie n’ont pas été touchées par ces mesures, a-t-il ajouté.  

Enfin, cette situation bien moins sombre qu’imaginée ; voire « rassurante et en nette amélioration » n’empêche pas une vigilance accrue sur l’évolution de la pandémie. Sur ce, l’interviewé a bien tenu à exhorter les citoyens de respecter les mesures de prévention. Soulignant à cet effet que ledit virus mortel circule toujours.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes