Ouverture des frontières en Algérie : Le point sur la situation

Algérie – La thématique liée à l’ouverture des frontières de l’Algérie et la reprise des vols continue d’occuper une place centrale, parmi d’autres questions pas moins importantes, dans le débat public. Voici l’essentiel de l’actualité en relation avec le sujet.

La reprises des vols de/vers l’Algérie, tributaire de l’ouverture des frontières nationales, préoccupe l’opinion publique. Ci-dessous est disponible le récap’ de tout ce qui se déroulait en la matière. Après une attente longue de plusieurs mois, les avions de la compagnie Air Algérie seront enfin susceptibles d’opérer des vols commerciaux domestiques.

La date de la reprise des vols intérieurs de la compagnie aérienne publique est fixée pour le 6 décembre prochain. C’est ce qu’a rapporté le quotidien Liberté hier 29 novembre. Devant la crise économique dans le domaine du trafic aérien relative au coronavirus, un organisme s’est prononcé. Il s’agit de l’association internationale du transport aérien (IATA). L’organisation a récemment suggéré une option de rechange.

Elle propose un passeport sanitaire. Cela dans le but de convaincre les États, notamment l’Algérie. Ceux-ci hésitent à ouvrir leurs frontières. Ce document devrait les persuader d’ouvrir les frontières en toute sécurité. Le représentant, à l’APN, des Algériens de l’étranger, Noureddine Belmeddah, a expliqué, le 24 novembre dernier, une procédure primordiale à nos ressortissants immobilisés ailleurs.

L’appel d’un député et le verdict d’un expert

Il leur expose alors la manière de bénéficier d’une autorisation de rentrée sur le territoire national. Pareille chose via des vols dits spéciaux. Le parlementaire Samir Chaabna a appelé, le 23 novembre, les autorités algériennes à autoriser la reprise des vols de rapatriement des Algériens coincés à l’étranger.

Un spécialiste, à savoir Houssem Karim, a contesté, le 21 novembre, l’apport de protection du verrouillage des frontières à l’Algérie. La suspension des vols, selon lui, n’a pas évité à notre pays le risque. C’est-à-dire la menace en liaison avec la pandémie dévastatrice est restée intacte. Des milliers d’Algériens, y compris des cas humanitaires, sont bloqués à l’étranger.

Cette situation chaotique perdure depuis le mois de mars. Le même expert propose alors une astuce pour parier à ça. Il préconise donc la reprise des vols à 30%. À ses yeux, cela constituerait une solution viable. Elle permettrait alors de résoudre le problème, mais sans risques supplémentaires.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes