OPEP : le prix du pétrole algérien a réalisé une hausse de 21,09 dollars en mars 2022

Énergie – Apprenez tout, ce 13 avril, au sujet du prix du pétrole algérien qui augure une hausse allant jusqu’à 21,09 dollars durant le mois de mars 2022.

Les cours du Sahara Blend, le pétrole de référence algérien, enregistre une hausse dans son prix avec 21,9 dollars supplémentaires en mars dernier. Soutenu par des fondamentaux solides du marché pétrolier et les inquiétudes d’une perturbation des approvisionnements. C’est en tout cas ce qu’a divulgué l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans son rapport mensuel.

D’après les données fournies dans ce rapport, la moyenne mensuelle des prix du brut algérien est passée ainsi de 100,71 dollars le baril en février dernier à 121,80 dollars en mars. Soit une hausse de 20,09 % rapporte Echorouk dans son édition d’aujourd’hui. Une remontée qui place le Sahara Blend en première position parmi les bruts de l’OPEP les plus chers en mars.

Il faut savoir que le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord. Celui négocié sur le marché de Londres. Avec une prime supplémentaire pour ses qualités physico-chimiques privilégiées par les raffineries. Toujours selon le même média susmentionné.

Pourquoi le prix du pétrole est reparti à la hausse ?

En outre, la hausse du prix du Sahara Blend intervient dans un contexte de flambée des prix sur le marché mondial. L’OPEP attribue cette augmentation à « des fondamentaux solides du marché pétrolier et les inquiétudes concernant une éventuelle pénurie importante d’approvisionnement en pétrole ». À la lumière de la guerre actuelle entre la Russie et l’Ukraine.

Ainsi, le prix moyen du panier de l’OPEP a augmenté de 19,53 dollars (+20,8 %) par rapport au mois de février. Pour enfin s’établir à 113,48 dollars le baril en mars. En fait, ces récentes fluctuations sur les marchés pétroliers sont motivées par plusieurs causes.

La plus connue, celle des tensions géopolitiques en Europe de l’Est. Les retombées économiques se font sentir directement sur la hausse des prix généralisée. Ainsi que les cours du brut. Sans parler des craintes d’une baisse d’approvisionnement et un arrêt total des exportations du pétrole russe.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici