AccueilPolitiqueGéopolitiqueONU : l’Espagne tente un rapprochement avec l’Algérie

ONU : l’Espagne tente un rapprochement avec l’Algérie

Géopolitique – Les tensions qui règnent entre l’Algérie et l’Espagne connaîtraient enfin un nouveau sort suite aux dernières déclarations émises par le président espagnol, Pedro Sánchez, à l’ONU ? Retrouvez toute l’information liée à cette actualité dans ce passage du 24 septembre 2022.

Le changement de position de Sánchez au sujet du Sahara occidental a significativement affecté les liaisons algéro-espagnoles. Cela a, en effet, conduit à une crise diplomatique aiguë qui régit les diverses relations entretenues entre les deux pays. C’est à cet effet que le Premier ministre de l’Espagne cherche à renouer contact avec l’Algérie, d’abord, à la faveur de plusieurs révélations à l’ONU.

Effectivement, le gouvernement de Pedro Sánchez a, une fois encore, changé de position. Et cela, en plaidant pour « une solution politique mutuellement acceptable dans le cadre de la Charte des Nations unies et des résolutions du Conseil de sécurité ».

Il s’agit là effectivement de ce qu’a avancé le président espagnol, en marge de la 77e Assemblée générale de l’ONU. Dans sa déclaration, reprise par le quotidien généraliste arabophone Echorouk, le locuteur a, en outre, précisé qu’il n’était pas dans l’intérêt de l’Espagne à faire traîner les conflits du passé.

Pedro Sánchez a, de ce fait, souligné que son pays réitère son appui total à l’ONU au sujet du Sahara occidental. Notons toutefois que ce même responsable avait présenté, en mars dernier, la proposition marocaine comme étant « une solution réaliste et équitable » à ce problème.

Quelle réaction de l’Algérie vis-à-vis des déclarations du Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez ?

La récente allocution du susdit chef du gouvernement reflète sans doute un changement de camp qui ne tend pas en faveur du Maroc. L’Espagne a, en fait, remis en question la résolution du conflit par le projet d’autonomie marocain.

En d’autres termes, Pedro Sánchez vient de faire un pas important visant à courtiser les autorités algériennes. Et cela, en remettant en question la principale raison du conflit existant entre Madrid et Alger. Néanmoins, l’Algérie n’a, jusqu’à présent, effectué aucune démarche vers la désescalade.

Selon le média espagnol El Confidencial, un responsable algérien a précisé que le retour à la normale entre Madrid et Alger requiert une condition bien particulière. Pour cela, Sánchez doit, souligne la même source, s’engager à faire une déclaration claire, sans ambiguïté et irréversible concernant la position de l’Espagne au sujet du Sahara occidental.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes