AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantOnec DZ : vers une annulation de l’examen du BEM 2022 en...

Onec DZ : vers une annulation de l’examen du BEM 2022 en Algérie ?

Onec DZ –  Après que le ministre de l’Éducation nationale, Abdelhakim Belaabed, a annoncé l’annulation de façon officielle de l’examen de la cinquième année primaire (5e AP) en Algérie, envisage-t-on l’annulation de l’examen du BEM ? 

Les inspecteurs pédagogiques de l’enseignement moyen remettront un rapport au ministère de l’Éducation nationale sur les modalités de passage en première année de l’enseignement secondaire. Et ce, dans le cadre de la réforme pédagogique. L’annulation de l’examen du BEM en Algérie, habituellement organisé en collaboration avec l’Onec, est elle une solution ? 

Des sources d’Echorouk ont ​​indiqué qu’une équipe d’inspecteurs spécialisés travaille à l’élaboration d’un projet de réforme du cycle moyen. Ce qui intervient après l’annulation de l’examen de 5e AP. Ce projet comprendra un ensemble de propositions pour assurer des réformes éducatives.

On parle d’une approche pédagogique profonde. Les inspecteurs s’orienteraient vers une annulation de l’examen du BEM. Ils proposent un examen pour les élèves ayant une moyenne inférieure à 10 sur 20 et qui varie entre 9 et 9,99 . Le but de cet examen est de leur donner une seconde chance pour passer en première année secondaire.

Éducation nationale en Algérie : voici ce que proposeraient les inspecteurs 

Les propositions recommanderaient également d’exempter les étudiants ayant une moyenne annuelle égale ou supérieure à 10/20 de l’examen du BEM . Cela en prenant en considération uniquement les résultats des trois trimestres. Les inspecteurs justifieraient leur proposition par le coût élevé que le Trésor public engage annuellement pour la programmation de l’examen. Ce dernier serait considéré inutile pour le cycle de l’enseignement secondaire. 

D’autre part, ils estimeraient que la réforme de l’enseignement moyen ne peut se faire qu’en augmentant les coefficients de quelques matières. On note les matières scientifiques et d’identité nationale. Ils ont aussi suggéré de porter les coefficients de l’arabe et des mathématiques à 6, étant donné que les deux matières sont importantes dans le processus d’orientation des deux filières.  

Les propositions concerneraient également la séparation de l’histoire de la géographie. La solution serait d’en faire une matière indépendante. Une matière dédiée à l’enseignement de l’histoire de l’Algérie uniquement. Mais à condition que le champ soit ouvert pour l’emploi séparé de professeurs d’histoire et de professeurs de géographie. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes