Le nombre des martyrs de l’Algérie colonisée par la France dévoilé (officiel)

Algérie/France – En réponse aux déclarations attribuées à Emmanuel Macron, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a mis en exergue le nombre de martyrs ayant sacrifié leur vie dans la lutte contre le colonisateur depuis son débarquement jusqu’à son départ en 1962. Nous vous en disons un peu plus dans la suite de notre article du 03 octobre 2021. 

Les déclarations attribuées par Le Monde à Macron et non démenties par l’Elysée ont fait l’effet d’une bombe dans le monde politique. Elles furent un véritable coup de massue pour le gouvernement algérien qui les qualifie de « malencontreuses, irresponsables et inadmissibles ». Et qui, s’insurge-t-il alors, portent préjudice à la mémoire des millions de martyrs de l’Algérie sous le joug de la France coloniale. 

Selon le journal français susmentionné, Emmanuel Macron estime que l’histoire d’Algérie à la période coloniale ne s’appuie pas sur des vérités. Mais plutôt autour d’« un discours qui repose sur une haine de la France ». C’est en effet ce qu’a formellement déclaré le président français. Cela au cours des échanges entretenus avec une dizaine de jeunes gens.

Tous issus de familles qui ont intimement vécu la guerre d’indépendance algérienne. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que le gouvernement algérien vitupère contre les propos de Macron. Un discours qu’il dit condamner fermement.

« C’est une atteinte intolérable à la mémoire des 5.630.000 valeureux martyrs qui ont sacrifié leurs vies dans leur résistance héroïque à l’invasion coloniale française ainsi que dans la Glorieuse Révolution de libération nationale », peut-on lire dans le communiqué de la Présidence. Le chiffre concerne à la fois les insurrections populaires et la guerre de libération.

Les récents propos d’Emmanuel Macron suscite la colère de l’Algérie 

Les relations entre la France et l’Algérie sont actuellement au plus bas. Si la volonté de réconciliation des mémoires rivales autour de la guerre d’indépendance algérienne était peu ou prou partagée par les deux parties, les choses semblent maintenant avoir changé. Dans un contexte de tension globale, Emmanuel Macron remue donc le couteau dans la plaie avec une nouvelle escalade verbale. 

Il estime que l’histoire d’Algérie a été totalement réécrite, de fond en comble. Il considère en outre que l’État algérien s’est entièrement construit sur « une rente mémorielle ». Le président français évoque, dans le même sens, « un système politico-militaire » au pouvoir. Des propos qui ne passent pas pour le gouvernement algérien. Il voit dans ces déclarations une totale « irresponsabilité et une ingérence inadmissible » dans ses affaires intérieures. 

Ne tolérant pas les propos non désavoués par le principal intéressé, le Président de la République algérienne a rappelé son ambassadeur à Paris, Mohamed Antar Daoud pour « consultations ». Il a fustigé une « situation particulièrement inadmissible engendrée par ces propos irresponsables ». Il s’agit là de ce qui ressort du dernier communiqué de la Présidence de la République repris par l’agence APS

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes