Netflix provoque une « addiction » chez les Algériens

Algérie – Depuis plusieurs années maintenant, Netflix est devenu le leader mondial de la vidéo à la demande. Les Algériens sont de plus en plus nombreux à privilégier désormais cette plateforme pour regarder du contenu cinématographique et télévisuel.

Depuis 2013, Netflix est devenu l’application à télécharger absolument pour occuper ses week-ends, chez les Algériens comme  un peu partout ailleurs. Et ce, pour visionner des saisons entières de séries, documentaires et films exclusifs en un clic. Pendant toute la durée du confinement sanitaire, le produit issu d’une success story incroyable a vu son nombre d’utilisateurs augmenter. Selon le média spécialisé Siècle Digital, en seulement trois mois, Netflix est passé de 167 millions d’abonnés à 182,9 millions.

Il n’en est pas moins vrai que le géant du divertissement connaît aussi un succès fulgurant chez les Algériens. Ces derniers sont de plus en plus séduits par ce service de streaming. Un service qui propose des programmes originaux internationaux sous plusieurs langues audio différentes. Il y a toujours un mais dans la vie, quand on gratte un peu la surface des choses, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

En effet, nombreux sont ceux qui deviennent littéralement accros à Netflix. Cette machine à séries peut parfois être un fossé générationnel. Cela, par les sujets qu’elle propose et banalise (drogue, prostitution, suicide…). Plusieurs programmes ont créé la polémique dans le monde entier, tels que la série américaine Messiah ou encore le film français Mignonnes, en septembre dernier.

Celui-ci avait suscité de très nombreuses réactions partout sur les réseaux sociaux. Des milliers d’internautes ont appelé à boycotter Netflix, l’accusant de sexualiser des petites filles. Une autre série avait provoqué l’inquiétude des spécialistes en psychologie. Selon eux, 13 Reasons Why de Brian Yorkey pourrait pousser les jeunes à idéaliser le suicide qui est le grand sujet de la série. 

Netflix captivent les sériephiles algériens

Le média susmentionné a mené sa propre enquête pour en savoir davantage au sujet de cette plateforme à double tranchant. D’après un spectateur prénommé Reda, Netflix est la révolution du siècle. « Je raffole de cette plateforme, je suis un grand fan des séries de La Casa De Papel et Vikings », prône le jeune homme. Quant à Nawel, elle est sériephile. Autrement dit, la jeune fille est passionnée par les séries que ledit support offre.

« Je regarde passionnément Orange Is The New Black et Orphan Black », confie-t-elle. Un peu plus loin, dans la vision, une interviewée appelée Nihad, dévoile combien un abonnement Netflix lui coûte. Elles sont donc trois à cotiser pour accéder aux films et séries du géant mondial. Soit 8.000 dinars par personne.  « C’est plutôt abordable comparé à ses innombrables magnifiques programmes », assure la fanatique de la série Emilie In Paris. 

Ce qui peut être inquiétant pour beaucoup d’Algériens, c’est le fait que Netflix mette en avant des programmes qui ne coïncident guère avec les valeurs islamiques. Énormément de ses séries et films exposent les interdits de l’Islam, l’homosexualité, l’adultère ou encore l’ivresse. L’application propose également un catalogue de séries sur la franc-maçonnerie et l’Illuminati.

Pour ceux qui l’ignorent, ces derniers sont l’objet de nombreuses théories conspirationnistes qui prétendent que la société de pensée allemande des Illuminés de Bavière est celle qui domine le monde secrètement. Pour éviter de tomber dans un tel cercle vicieux, il suffira juste de faire la différence entre l’imaginaire et le réel (fiction et réalité), estiment certains avis.    

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes