AccueilActualitéFranceNaturalisation en France : Rachida Dati propose de durcir les conditions

Naturalisation en France : Rachida Dati propose de durcir les conditions

France – Lors d’un échange avec le Figaro, Rachida Dati, l’ancienne ministre a proposé des mesures draconiennes pour affronter le séparatisme en France telle que la baisse de la demande d’asile et durcir les conditions de naturalisation. 

C’est dans une interview accordée au Figaro le 23 octobre 2020 que l’ancienne ministre française de la justice s’est exprimée pour donner des suggestions qui d’après elle aideront la France à lutter contre la radicalisation et l’apologie du terrorisme en ligne en notamment, durcir les conditions de naturalisation. 

Elle affirme au Figaro qu’elle est surprise par les personnes qui viennent de découvrir cette barbarie. Elle atteste que les premiers attentats islamistes sur le sol français datent de 1990 et que dans le temps, elle faisait partie des personnes qui ont averti contre la radicalisation. Sauf que certains préféraient accorder le droit de différence aux concernés. Au final, l’ancienne ministre révèle que c’est ainsi que la situation a empiré au fil du temps.

Pour ce qui est des expulsions des fichés S, elle est intervenue en jugeant que ces personnes ne sont pas expulsables et qu’il vaudrait mieux les placer en « rétention de sûreté ». Selon elle, dans tous les pays européens, la demande d’asile est devenue plus compliqué à avoir; sauf en France où le pays recueille toujours les « déboutés du droit d’asile des autres pays européens ». L’ancienne ministre a parlé également de suppression de « l’acquisition automatique de la nationalité française par le mariage » mais aussi de « l’impossibilité d’expulsion quand on est parent d’un enfant né en France ». Pour ce qui est des mineurs isolés dont la plupart sont maghrébins; elle a jugé qu’il va falloir les « raccompagner dans leur pays d’origine ».

Les propos d’Emmanuel Macron pour la lutte contre le séparatisme

Nous tenons à rappeler que le président français s’est également exprimé sur le sujet lors d’un discours fait le vendredi 02 octobre 2020; pour parler du futur projet de loi du séparatisme islamique qui sera présenté le 09 décembre qui suit en Conseil des ministres. D’après notre source Le Figaro, Emmanuel Macron n’a pas lésiné sur les mots lorsque la majorité a déclaré que cette loi ne portait pas que sur l’islamisme.

Il a fait savoir que le sujet principal est le séparatisme islamique et qu’au final, l’objectif est de prendre le contrôle sur ce phénomène. Le chef de l’État a assuré que de nouvelles mesures seront prises contre toute association qui va à l’encontre des principes et des lois du pays. « Les associations doivent tenir la Nation et pas la fracturer, nous ne céderons rien sur ce principe. » a-t-il tranché sur le sujet.

D’autres sujets aussi ont été évoqué tels que l’instruction scolaire à domicile qui sera dorénavant limitée aux impératifs de santé. Le président a évoqué une solution qui aiderait à diminuer les adhérents aux associations radicales. Il révèle qu’il faut davantage s’intéresser à la langue arabe et l’enseigner dans les écoles en rappelant que toutes les langues sont une richesse.

Plus surprenant encore, le chef de l’État a décidé de créer un institut scientifique d’islamologie ainsi que de nouveaux postes dans l’enseignement supérieur afin d’avancer sur les recherches de la civilisation musulmane et du bassin méditerranéen ainsi que l’Afrique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes