Nasser Bourita (MAE marocain) a violé l’espace aérien algérien ?

Algérie – L’interdiction de traverser l’espace aérien algérien aux avions marocains ne semble pas freiner le ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita. Est-il question de violation ? Découvrons-le, ce 30 octobre 2021.

En empruntant le ciel algérien, le passage du ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, n’est pas passé inaperçu, selon un parlementaire espagnol. Notamment, auprès de l’Union africaine. Car après la rupture des relations algéro-marocaines, aucun avion marocain n’a été autorisé à franchir l’Algérie pour se rendre ailleurs. De ce fait, en tenant compte de la conjoncture actuelle, Bourita aurait porté atteinte à la nouvelle mesure.

En fait, cela a été divulgué par le sénateur espagnol, Carles Mulet Garcia, hier. C’était concernant le vol du 25 octobre du chef de la diplomatie marocaine à bord d’un avion espagnol privé appartiendrait à la compagnie Gestair. Cela en vue de participer à la réunion ministérielle du sommet Union africaine-Union européenne. Celle-ci s’est déroulée dans la capitale du Rwanda, Kigali.

Par conséquent, le membre du sénat espagnol manifeste son désaccord contre la « complicité des autorités espagnoles ». Ainsi, dit-il, « le gouvernement espagnol, otage de la monarchie marocaine corrompue, se tait », sur son compte Twitter.

Quel sort aux relations entre l’Algérie et l’Espagne après cet incident ?

Suite au non-respect du ministre marocain des nouvelles décisions établies par l’Algérie, le sénateur espagnol, qui signale cette « transgression », Carles Mulet Garcia, adresse une question écrite. C’est selon l’article 160 du règlement du Sénat, au gouvernement espagnol. Il s’agit de l’avenir des relations entre l’Espagne et l’Algérie. Et ce, après ce qu’il appelle la conséquence de la  « complicité de son pays ».

« Êtes-vous au courant de cet incident et de ses répercussions ? », a-t-il interrogé. Il ajoute ensuite : « Êtes-vous sûr que c’est un avion d’une compagnie espagnole immatriculé en Espagne ? ». Par ailleurs, Garcia se demande si son gouvernement va enquêter sur cette affaire. Car l’enjeu est crucial. 

Finalement, il conclut en demandant si cela sera bénéfique aux relations algéro-espagnols. Telle chose au moment où des accords du gaz se négocient entre les deux pays. Rappelons que depuis la rupture des relations algéro-marocaines, le gaz naturel approvisionnera algérien directement l’Espagne sans passer par le Maroc.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes