Mustapha Zebdi : « L’Algérie importait ses billets de train » (image)

Actualité – Le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, a révélé que l’Algérie importait ses billets de train depuis l’étranger. Dzair Daily relate pour vous tous les détails à ce sujet dans la suite de son édition du dimanche 4 septembre 2022.

Il n’est un secret pour personne que plusieurs domaines d’activité dépendent des importations. Entre le secteur de l’automobile, ceux de l’agriculture, des minier ou encore de l’alimentation, notre pays compte un bon nombre de partenaires à son compte. Celui du transport est, lui aussi, concerné par les opérations d’import, selon Mustapha Zebdi, qui a déclaré que l’Algérie importait auparavant ses billets de train.  

Effectivement, afin d’apporter de la lumière à cet égard, le président de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (Apoce) s’est exprimé. C’est à travers un post publié sur sa page Facebook officielle que le responsable a révélé que l’Algérie se procurait ses tickets de train depuis l’étranger.

C’est en publiant une image que Mustapha Zebdi a mentionné le pays à travers lequel le gouvernement algérien importait l’article en question. Sans surprise, la France serait le partenaire de l’Algérie dans ce secteur. « Même les billets de train venaient de l’étranger », a écrit le président de l’APOCE. Cela avant de se demander ce qu’il en est actuellement. 

zebdi algérie billets train

Algérie : un économiste explique les perturbations connues par le secteur automobile

En effet, penchons-nous vers le secteur automobile en Algérie. À la lumière de la crise actuelle dans le dossier automobile, les citoyens s’interrogent sur les réelles raisons qui perturbent ce secteur. Saad Sellami, expert en économie et membre du Centre algérien de prospective économique et de développement de l’investissement entrepreneurial, a apporté des explications.

Selon lui, la suspension des importations de voitures dans le pays dépasserait l’intérêt du gouvernement algérien. Il ne s’agit pas d’une décision totalement prise par l’Algérie, mais qui découle d’une autre partie dominante, a-t-il indiqué. Celle-ci s’est emparée, selon ses dires, du marché africain automobile.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes