Ces mots arabes adoptés par la langue française

France – Le lexicologue français, Jean Pruvost, explique comment la langue arabe s’est inscrite dans la langue française. D’après lui, les francophones utilisent quotidiennement plus de mots arabes qu’ils ne le croient.

- Advertisement -

La journée mondiale de la langue arabe est célébrée chaque année, le 18 décembre depuis neuf (09) ans maintenant. À cette occasion, le lexicologue Jean Pruvost, a accordé au journal France Inter une interview. Le spécialiste explique les origines des mots arabes, et comment l’idiome s’est inscrit dans l’Histoire et la langue française.

En effet, le spécialiste en lexicologie fait savoir que la langue de Molière est parsemée de mots arabes, plus qu’elle n’en a l’air. Selon ses recherches, l’arabe est extrêmement présent dans les discours quotidiens des français et dans la francophonie mondiale en général. C’est la troisième langue d’emprunt, autrement dit, celle qui fournit le plus d’emprunts à d’autres langues. Après l’anglais et l’italien.

Cette langue afro-asiatique n’a cessé d’enrichir les différentes langues de l’univers. À commencer par le français, elle l’a en effet complété et accru entre le 9e siècle et aujourd’hui. C’est en tout cas ce qu’a souligné le lexicologue Jean Pruvost. L’influence arabe sur la langue française est donc bel et bien réelle. Il est à noter que leur parenté linguistique n’est pourtant pas établie. Puisque le français est, en effet, une langue indo-européenne, tandis que l’arabe est une langue sémitique.

Le lexicologue français explique que la présence des mots arabes dans la langue française relève, comme on l’avance souvent, de l’époque d’Al-Andalus. C’est-à-dire que c’est l’Espagne musulmane qui a donné de nombreux mots courants et savants, et cela, au 13e siècle. Plus tard, avec la colonisation et la décolonisation, une nouvelle vague de termes provenant de l’arabe ont englobé le français. La majorité d’entre eux appartient au domaine le plus réputé de France, la gastronomie. 

Plus de quatre cent mots de la langue française viennent de l’arabe 

Sans s’en rendre compte, les francophones utilisent plus de dix mots arabes par jour. Et ce, lorsqu’ils font leurs courses, pour acheter par exemple, des épinards, de l’estragon, du potiron, des artichauts…entre autres. Selon l’expert, tous ces mots proviennent du dialecte arabe. Prenons pour exemple le mot « artichaut », contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne vient pas de Bretagne, il est purement arabe. En France, les vocables merguez, méchouis et bien plus, sont entrés dans le langage courant avec l’arrivée des rapatriés d’Algérie en 1962. Soit après la décolonisation du pays.

Il n’y a pas que dans les marchés francophones qu’on retrouve les mots et expressions arabes. Beaucoup de personnes emploient l’arabe dans le secteur de la mode. Dans les magasins d’habillement, les termes arabes sont fortement utilisés. Jean Pruvost a mentionné quelques-uns, notamment les mots, jupe, coton, gilet et caban.

En sus, avec le phénomène de l’immigration récente, de nouveaux mots ont fait leur apparition. Entre autres, le mot  « Bled » que les français utilisent fréquemment. La nouvelle génération s’en est à nouveau emparé avec le mot « Blédard ». Ce dernier désignait à l’époque, la personne qui débarquait de la campagne algérienne ou marocaine et s’installait dans la région parisienne. Le spécialiste français a rappelé le slogan d’une campagne de la sécurité routière. Cette dernière, avait repris en 2012 le mot « Seum » qui signifie avoir le cafard, qui est à son tour un mot arabe.

Les vocables « Chouf, kiffer,kif-kif,toubib » sont utilisés depuis longtemps. D’après l’interviewé, les Français parlent plus arabe que gaulois, ils adoptent à peine une centaine de mots français. Car depuis une longue période, les gaulois appliquent plus de 500 mots sans compter les mots savants du côté de la faune et la flore. Jean Pruvost n’a pas manqué de citer les collégiens, lycéens et étudiants qui selon lui sont ingénument dans un monde arabe au moment où ils étudient les mathématiques (l’algèbre) et la chimie.    

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes