AccueilÉconomieAutomobileMontage de voitures en Algérie : Mesdour s’exprime sur la reprise d’activité

Montage de voitures en Algérie : Mesdour s’exprime sur la reprise d’activité

Automobile – L’expert algérien, Fares Mesdour, revient sur le dossier de l’automobile en Algérie, en passant par le montage de voitures et la reprise de l’activité de l’usine Renault. Nous exposons pour vous ses propos juste ci-dessous.

Après une longue période d’inactivité, le producteur français sera bientôt de retour dans notre pays. En effet, l’usine Renault Algérie a annoncé récemment la reprise du montage des voitures. Une nouvelle qui a réjoui les citoyens désirant se procurer un véhicule. Suite à cette annonce, l’économiste algérien, Fares Mesdour a tenu à apporter quelques éclaircissements.

Si vous êtes intéressés de connaître les détails, nous vous invitons à lire l’intégralité de ce numéro du vendredi 21 octobre 2022. Les bonnes nouvelles se succèdent dans le secteur automobile en Algérie. Après l’autorisation de l’importation des véhicules de moins de 3 ans et la production locale des voitures Fiat, le DG de la RAP a fait part de la reprise de l’activité de l’usine, implantée à Oran.

À la suite de cette déclaration, le Professeur connu sur les plateaux de télévision, Fares Mesdour a tenu à livrer son analyse sur le dossier. Dans son discours, il a indiqué que la politique de l’usine connaîtra certainement des modifications. Selon ses dires, celle-ci sera différente de son expérience précédente en Algérie, qu’il qualifie de « très mauvaise ».

Reprise de l’activité de Renault Algérie : Mesdour précise 

« Ce n’était pas du montage de voitures, c’étaient des usines de gonflage de pneus », a avancé le spécialiste. Il s’agit, effectivement, de ce que rapporte le média généraliste Algérie 360 dans son édition de ce jeudi.

Par la même intervention, l’intervenant a fait savoir que le gouvernement a introduit des changements au cahier des charges. Celui régissant l’exercice de l’activité de la construction automobile. Désormais, « le taux d’intégration serait plus important, soit aux alentours de 30 % », a-t-il informé. Il s’agit toujours de ce dont nous informe la même source médiatique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes